Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le nombre d'enfants utilisés par le groupe terroriste «Boko Haram» dans des attaques kamikazes a fortement augmenté et les armées de la région du lac Tchad continuent à les maintenir en détention pour obtenir des informations sur le conflit, s'est alarmée l'Unicef mercredi.

Les enfants victimes du conflit contre «Boko Haram», selon l'Unicef.

«Le nombre d'enfants utilisés dans des attaques-suicides dans le conflit du lac Tchad s'élève à 27 au premier trimestre 2017, contre neuf à la même période l'an dernier», selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance.

«C'est la pire utilisation possible des enfants dans les conflits», explique Marie-Pierre Poirier, directrice de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, alors que le Nigeria se prépare à commémorer l'enlèvement des lycéennes de Chibok, il y a trois ans.

En avril 2014, environ deux cents jeunes filles avaient été enlevées par le groupe takfiriste, soulevant une indignation mondiale. Les kidnappings en masse d'enfants, de femmes et d'hommes, dans les villages attaqués par «Boko Haram» sont particulièrement fréquents. Ils sont ensuite forcés à combattre aux côtés des terroristes.

Jusqu'à présent, 117 enfants ont été utilisés pour commettre des attentats à la bombe au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun depuis 2014: quatre en 2014, 56 en 2015, 30 en 2016 et 27 au cours des trois premiers mois de 2017.

Enfants, jeunes adolescentes, mais aussi des femmes portant des nouveau-nés, se sont fait exploser sur ordre du groupe terroriste.

L'Unicef s'inquiète du nombre d'enfants détenus par les armées des quatre pays de la région (Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun). «En 2016, près de 1.500 enfants étaient sous détention administrative».

«Ils sont détenus dans des casernes, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées que l'on ignore», explique Patrick Rose, coordonnateur régional. «Ils les interrogent sur ce qu'ils ont vu pour avoir des renseignements sur le conflit».

L'année dernière, Amnesty International avait déjà alerté les autorités sur ces conditions de détention «horribles»: les personnes interrogées souffrent «de maladies, de faim, de déshydratation et de blessures par balles».

149 personnes, dont 11 enfants de moins de 6 ans sont morts dans les casernes de Giwa à Maiduguri (Etat du Borno, nord-est du Nigeria) entre janvier et mai 2016.

Lundi, le gouvernement nigérian a annoncé avoir libéré 600 personnes, dont 200 enfants, un geste «d'espoir» salué par les humanitaires qui encouragent une meilleure réintégration des villageois qui ont vécu sous le joug des extrémistes de «Boko Haram».

Le groupe terroriste est largement affaibli depuis l'arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, mais la région du lac Tchad reste très instable.

Le conflit avec «Boko Haram» a fait plus de 20.000 morts depuis 2009 et 2,6 millions de déplacés.

Source: agences et rédaction

12-04-2017 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut