Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Un ministre israélien invite le roi saoudien à prendre l’initiative du dialogue avec «Tel-Aviv» Les renseignements allemands ont espionné la Maison Blanche Policier poignardé dans un aéroport américain: le FBI enquête sur un «acte de terrorisme» Sayed Khamenei: défendre la Palestine c’est défendre la vérité Syrie: Macron ne voit pas de successeur légitime à Bachar Al-Assad «Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 L’imam Khomeiny de la naissance à la révolution Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le nombre d'enfants utilisés par le groupe terroriste «Boko Haram» dans des attaques kamikazes a fortement augmenté et les armées de la région du lac Tchad continuent à les maintenir en détention pour obtenir des informations sur le conflit, s'est alarmée l'Unicef mercredi.

Les enfants victimes du conflit contre «Boko Haram», selon l'Unicef.

«Le nombre d'enfants utilisés dans des attaques-suicides dans le conflit du lac Tchad s'élève à 27 au premier trimestre 2017, contre neuf à la même période l'an dernier», selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance.

«C'est la pire utilisation possible des enfants dans les conflits», explique Marie-Pierre Poirier, directrice de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, alors que le Nigeria se prépare à commémorer l'enlèvement des lycéennes de Chibok, il y a trois ans.

En avril 2014, environ deux cents jeunes filles avaient été enlevées par le groupe takfiriste, soulevant une indignation mondiale. Les kidnappings en masse d'enfants, de femmes et d'hommes, dans les villages attaqués par «Boko Haram» sont particulièrement fréquents. Ils sont ensuite forcés à combattre aux côtés des terroristes.

Jusqu'à présent, 117 enfants ont été utilisés pour commettre des attentats à la bombe au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun depuis 2014: quatre en 2014, 56 en 2015, 30 en 2016 et 27 au cours des trois premiers mois de 2017.

Enfants, jeunes adolescentes, mais aussi des femmes portant des nouveau-nés, se sont fait exploser sur ordre du groupe terroriste.

L'Unicef s'inquiète du nombre d'enfants détenus par les armées des quatre pays de la région (Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun). «En 2016, près de 1.500 enfants étaient sous détention administrative».

«Ils sont détenus dans des casernes, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées que l'on ignore», explique Patrick Rose, coordonnateur régional. «Ils les interrogent sur ce qu'ils ont vu pour avoir des renseignements sur le conflit».

L'année dernière, Amnesty International avait déjà alerté les autorités sur ces conditions de détention «horribles»: les personnes interrogées souffrent «de maladies, de faim, de déshydratation et de blessures par balles».

149 personnes, dont 11 enfants de moins de 6 ans sont morts dans les casernes de Giwa à Maiduguri (Etat du Borno, nord-est du Nigeria) entre janvier et mai 2016.

Lundi, le gouvernement nigérian a annoncé avoir libéré 600 personnes, dont 200 enfants, un geste «d'espoir» salué par les humanitaires qui encouragent une meilleure réintégration des villageois qui ont vécu sous le joug des extrémistes de «Boko Haram».

Le groupe terroriste est largement affaibli depuis l'arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, mais la région du lac Tchad reste très instable.

Le conflit avec «Boko Haram» a fait plus de 20.000 morts depuis 2009 et 2,6 millions de déplacés.

Source: agences et rédaction

12-04-2017 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut