Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président syrien Bachar el-Assad devrait rester au pouvoir, car son absence nuirait gravement au processus de paix, estime un conseiller de l'émissaire spécial du secrétaire général de l'Onu pour la Syrie.

Syrie: le processus de paix est impossible sans Assad.

L'Occident, tout en refusant au Président syrien le droit de rester au pouvoir, comprend néanmoins qu'il est impossible de poursuivre le processus de paix en son absence, estime le chef scientifique de l'Institut des études orientales de l'Académie des sciences russe et conseiller de l'émissaire du secrétaire général de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura, Vitali Naoumkine.

«Tillerson a aussi déclaré qu'Assad devait faire partie du processus de négociations. Les Américains ne le nient pas, seulement, ils lui refusent le droit de rester au poste de chef de l'État, ils le condamnent pour ce qu'il n'a pas commis et les Européens ont durci actuellement leur position, mais il n'y a pas d'alternative au processus de paix impliquant Assad. Et, croyez-moi, tout le monde en Occident partage cette opinion, parce que sinon, avec qui doit-on négocier?», a indiqué l'expert dans une interview accordée à la chaîne télévisée Russie-24.

Récemment, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Miqdad a déclaré que sans Assad la Syrie serait «mise en miettes» et que le gouvernement et l'administration présidentielle cesseraient d'exister.

Il a ajouté que l'idée de la période transitoire était dernièrement devenue une «préoccupation principale», y compris pour Staffan de Mistura, l'émissaire de l'Onu pour la Syrie. Mais ce dernier, au lieu d'être l'intermédiaire dans le règlement de ce conflit, est devenu le représentant de l'une de ces parties, estime Fayçal Miqdad.

Depuis le début de la crise, en 2011, la soi-disant «opposition syrienne» et plusieurs États occidentaux ont insisté pour que le président syrien Bachar el-Assad quitte le pouvoir et qu'une transition ait lieu.

La Russie, quant à elle, a déclaré à maintes reprises que seul le peuple syrien pouvait décider du sort de Bachar el-Assad.

Source: agences et rédaction

11-04-2017 | 10:25
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut