Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Charles Abi Nader

L'administration américaine n'a pas attendu ce qui pourrait résulter du Conseil de sécurité ou des organismes des Nations Unies, en particulier la demande de la formation d'une commission d'enquête concernant la présumée attaque au gaz chimique prohibé contre la ville de Khan Sheikhoun. Washington s’est précipité à bombarder l'aéroport de Shayrat à Homs avec des dizaines de missiles stratégiques Tomahawk, lancés à partir des navires depuis la Méditerranée.

Les dimensions de la frappe américaine sur la base aérienne syrienne

Les raisons de l’empressement américain à mener l’attaque

Tout d'abord, le rythme accéléré de l’agression américaine a été conçu comme une course avec les faits et les données qui ont commencé à s’imposer fortement : les médias américains ont très vite diffusé des témoignages syriens de la région touchée à Khan Sheikhoun et qui ont tous admis qu’une explosion s’est produite dans un bâtiment suivie plus tard par la formation d’un petit nuage de fumée produite par l'explosion des conteneurs de gaz toxiques, cela déniait alors la soi-disant attaque à l’arme chimique, qui appelle techniquement et militairement une toute autre manière. L’attaque à l’arme chimique conduira à l’explosion de la cible accompagnée de la formation d’une fumée toxique ce qui n’a pas été le cas à Khan Sheikhoun.

Deuxièmement, tout rapport scientifique fait par une commission d'enquête internationale, contiendra inévitablement un aperçu sur le lieu ciblé, et pourra certainement affirmer la nature de l'explosion et la propagation de la substance toxique, si elle a été causée par un missile chargé d’explosifs chimiques ou à la suite d'une explosion des conteneurs de substances chimiques présentes dans l'emplacement ciblé. Ce rapport comprendra également un aperçu complet et précis de l'aéroport, à partir duquel la soi-disant attaque chimique a été menée, cet aperçu du lieu donnera certainement la validité ou l'invalidité de la présence de missiles ou des bombes chargées d'armes chimiques. Dans ce cadre l’agression américaine a été accélérée afin d’éliminer toutes les données scientifiques nécessaires par une commission d’enquête internationale.

Les vrais objectifs de l’agression

Le bombardement américain a été précipité pour atteindre les objectifs suivants:

- Tout d'abord, sur le plan national le président américain avait besoin d’affirmer une position notamment après les larges critiques et le mécontentement suite à sa politique contradictoire depuis sa campagne électorale jusqu’à présent et sa politique incertaine face au terrorisme.

- Deuxièmement, sur le plan militaire, le choix de l'aéroport a une grande importance, c’est à partir de Shayrat que se lancent la grande majorité des opérations aériennes contre «Daech» à l'est de la Syrie. Cette frappe américaine visait à affaiblir le point vital de l'armée arabe syrienne, qui met une grande pression à l'est, et représente une menace importante pour «Daech». Ce dernier, malgré le soutien des troupes américaines qui ont mené plus qu’un atterrissage dans la région, a échoué à faire de réels progrès à proximité de Raqqa. C’est pourquoi l'administration américaine a ressenti la nécessité de mener une frappe sur l'aéroport pour ralentir la progression de l'armée arabe syrienne afin de trouver une solution à l’échec permanent et le remplacement de Daesh par une nouvelle faction pouvant faire face à l’armée arabe syrienne.

Troisièmement, nous ne pouvons pas oublier l'influence et les intérêts d'«Israël» à travers le bombardement de l'aéroport d'où ont été tirés les missiles qui ont frappé récemment les bombardiers israéliens. Dans cet aéroport figurent aussi des missiles stratégiques pouvant atteindre «Israël» dans le territoire palestinien occupé. L’entité sioniste a grand intérêt d'exploiter le sujet de Khan Sheikhoun pour frapper  un point militaire stratégique de la Syrie, difficile à attaquer directement à la lumière de la position de la Russie qui l’empêche de mener une attaque d'envergure.

De là, vous pouvez déterminer les véritables dimensions de ce lancement des missiles sur la base aérienne syrienne, et qui a effacé toute trace et cacher les preuves pouvant acquitter l'État syrien.

Source : Al-Ahed, traduit par l’équipe du site

 

 

10-04-2017 | 14:25
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut