Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

En violation du droit international, les USA ont bombardé une base militaire en Syrie sous prétexte de «punir pour une attaque chimique» présumée dont Damas assure n’être pas coupable. Washington avait besoin de franchir la ligne rouge pour renforcer la crédibilité de Trump aux yeux des Américains, selon le général libanais Hisham Jaber.

Trump a bombardé la Syrie «en raison des problèmes» aux USA.

Et si Donald Trump avait entrepris de frapper la base aérienne syrienne d’al-Chaayrate uniquement pour stimuler sa côte de popularité auprès du peuple américain, qui n'hésite pas à critiquer le nouveau locataire de la Maison-Blanche, suppose Hisham Jaber, général libanais à la retraite, au micro de Sputnik.

«L'attaque contre une base aérienne en Syrie est une violation du droit international. Le Conseil de sécurité de l'Onu n'a pas autorisé la tenue d'actions militaires sur le territoire syrien. En outre, le Président Trump n'a pas demandé l'aval du Congrès américain. Je pense que M. Trump a entrepris cette démarche en raison des problèmes dans le pays. (…) M. Trump s'est servi de l'attaque chimique en Syrie comme prétexte pour bombarder et obtenir ainsi soutien du Congrès et des Américains», a déclaré Hisham Jaber.

Néanmoins, personne n'empêche les opposants du gouvernement d'Assad d'espérer que les frappes aériennes meurtrières de Washington «soient le début d'une guerre de grande envergure contre Damas aboutissant à l'invasion des troupes américaines en Syrie», note M. Jaber, qui ajoute toutefois: «Je ne pense pas que cela se produise, et je crois que les États-Unis ne bombarderont plus Damas».

Il est également d'avis que l'attaque américaine n'affectera pas la lutte antiterroriste que mène inlassablement le gouvernement syrien.

«Comme l'a dit M. Assad, l'armée syrienne continuera à combattre les terroristes», a-t-il indiqué.

Le général libanais souligne en outre que Washington a approuvé le fait que Damas ait détruit toutes les armes chimiques et que les groupes extrémistes, dont «Daech», y ont eu recours.

«Nous savons aussi que lorsque Damas se débarrassait des armes chimiques, le gouvernement a donné à l'Onu une carte marquant les lieux d'enfouissement des armes chimiques. Ces territoires n'étaient pourtant plus contrôlés par le gouvernement mais étaient sous l'emprise des terroristes, et Washington le savait. Voilà pourquoi j'estime qu'il y a une autre version de l'incident: ni les troupes gouvernementales ni les combattants ne sont impliqués dans l'attaque chimique. L'émission des produits chimiques s'est produite lors d'une explosion ou d'une frappe aérienne», a-t-il conclu.

Sous prétexte de l'attaque chimique présumée de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne d’al-Chaayrate. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.

En réaction à l'attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l'opération russe dans le pays.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base d’al-Chaayrate avaient été «planifiées depuis longtemps», l'attaque chimique de Khan Cheikhoun n'étant qu'un prétexte.

Source: Sputnik

08-04-2017 | 14:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut