Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Renforcement des sanctions: Téhéran juge illégitimes certaines démarches de Washington GB: pour la première fois, une femme dirige la garde de la reine Pyongyang compare Trump à Hitler Ukraine: explosion d’une voiture à Kiev, un soldat tué Téhéran accuse les USA de «flirter» avec le terrorisme «Les USA préparent une provocation cynique sans précédent en Syrie», selon un sénateur russe Maroc: nouveaux heurts entre manifestants et forces de l’ordre à al-Hoceima Crise au Golfe: un républicain US menace de bloquer les ventes d’armes aux pays du CCG Malgré les sanctions, «la Russie ne poursuivra pas le chemin souhaité par l’Occident» France: l’ex-Premier ministre Manuel Valls quitte le Parti socialiste Après la remise en vigueur partielle de son décret migratoire, Trump crie victoire Migrants de Calais: la justice française ordonne des mesures d’aide Syrie: Lavrov appelle Tillerson à empêcher les provocations contre l’armée gouvernementale Irak: les deux tiers du vieux Mossoul repris à «Daech» Rejetant le diktat des pays arabes, le Qatar refuse de rompre avec l’Iran Londres: une manifestation contre les violences policières dégénère, 2 policiers blessés Durant l’Euro 2016, «Daech» voulait frapper la France à la voiture piégée USA: des sites gouvernementaux piratés par des messages pro-«Daech» Au Pakistan, triste Aïd après un incendie qui fait 153 morts Sayed Khameneï: la frappe balistique des gardiens de la Révolution contre les terroristes en Syrie est un grand exploit L’Iran veut approfondir ses relations avec le Qatar (Rohani) Bahreïn: suspendu par les autorités, le quotidien Al-Wasat licencie ses employés Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le soi-disant «Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans», nouvelle formation terroriste réunissant plusieurs groupes du Sahel, a revendiqué l'attaque qui a coûté la vie à un militaire français au Mali le 5 avril.

Mali: un nouveau groupe terroriste revendique l'attaque fatale à un soldat français

L'alliance terroriste appartenant à «Al-Qaïda» et baptisée «Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans» affirme que le soldat français est tombé «dans une embuscade dans la région de Douentza» au Mali, près de la frontière burkinabè, dans son communiqué diffusé sur les réseaux sociaux et cité par l'agence mauritanienne Al-Akhbar.

L'attaque a eu lieu quelques jours après la clôture d'une conférence d'entente nationale organisée au Mali le 2 avril, qui avait notamment recommandé l'ouverture de négociations avec deux dirigeants terroristes maliens, le chef touareg Iyad Ag Ghaly et le prédicateur radical Amadou Koufa. Les groupes armés d'Iyad Ag Ghaly et d'Amadou Koufa font partie de ceux qui ont fusionné, avec notamment celui de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à «Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)», pour constituer le groupe dont la création a été annoncée en mars.

Paris avait annoncé le 6 avril la mort du militaire français dans «un accrochage avec des terroristes», au cours d'une opération conjointe entre la force française Barkhane et les armées malienne et burkinabè près de la frontière avec le Burkina Faso.

En visite le 7 avril au Mali avec son homologue allemand Sigmar Gabriel, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a rendu hommage au «sacrifice» du soldat, le caporal-chef Julien Barbé.

Après une visite à la base de la force de l'ONU au Mali (Minusma) à Gao, principale ville du nord du pays, où ils ont notamment rencontré le contingent allemand, Jean-Marc Ayrault et Sigmar Gabriel se ont rendus à Bamako, où ils ont été reçus par le président Ibrahim Boubacar Keïta.

«La France est engagée dans un combat contre le terrorisme au Mali. Il n'y a pas d'autre moyen», a déclaré Jean-Marc Ayrault à la presse à Bamako.

«Nous n'allons pas négocier avec les terroristes qui revendiquent les attentats», a pour sa part affirmé le ministre des Maliens de l'Extérieur, Abdourhamane Sylla, rejetant ainsi implicitement la recommandation d'ouverture de négociations de la conférence d'entente nationale.

Source : sites web et rédaction

08-04-2017 | 13:19
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut