Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Un ministre israélien invite le roi saoudien à prendre l’initiative du dialogue avec «Tel-Aviv» Les renseignements allemands ont espionné la Maison Blanche Policier poignardé dans un aéroport américain: le FBI enquête sur un «acte de terrorisme» Sayed Khamenei: défendre la Palestine c’est défendre la vérité Syrie: Macron ne voit pas de successeur légitime à Bachar Al-Assad «Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 L’imam Khomeiny de la naissance à la révolution Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Parlement européen a adopté mercredi à une large majorité ses «lignes rouges» pour les négociations du Brexit, refusant qu'un accord sur la future relation avec le Royaume-Uni, notamment commerciale, puisse être conclu avant que Londres se soit retiré de l'UE.

Le Parlement européen adopte ses «lignes rouges» pour le Brexit.

Réunis en séance plénière à Strasbourg, les eurodéputés ont adopté à une large majorité, par 516 voix pour, 133 contre, une résolution fixant plusieurs lignes rouges pour ces négociations.

Dans le même contexte, le négociateur en chef du Brexit pour l'UE, Michel Barnier, a indiqué mercredi que plus Londres et Bruxelles se mettraient d'accord rapidement sur les «principes d'un retrait ordonné du Royaume-Uni», «plus tôt» ils pourraient lancer les préparatifs d'un accord commercial.

«Il faut faire les choses dans l'ordre», a une nouvelle fois souligné le Français Michel Barnier devant les eurodéputés, lors d'un débat précédant le vote par le Parlement européen d'une résolution fixant la position de l'institution pour les négociations du Brexit.

La Première ministre britannique Theresa May avait indiqué dans sa lettre de déclenchement formel de la procédure du Brexit qu'elle souhaitait des négociations menées en parallèle sur la sortie de l'UE et sur la «relation future», notamment commerciale.

«Plus tôt nous nous mettrons d'accord sur les principes d'un retrait ordonné (du Royaume-Uni), plus tôt nous pourrons préparer nos futures relations», a dit mercredi M. Barnier.

Selon lui, cette négociation en plusieurs phases, d'abord sur le retrait puis sur la «relation future», constitue une condition indispensable pour «maximiser ensemble les possibilités d'arriver ensemble à un accord (sur le Brexit) dans les deux ans, ce qui représente une période très brève».

Dans sa lettre de rupture adressée mercredi dernier au président du Conseil européen Donald Tusk, Mme May avait dit vouloir conclure «un partenariat étroit et spécial qui porte sur une coopération économique et sécuritaire».

«Le scénario d'un +no deal+ (c'est-à-dire d'un départ du Royaume-Uni se faisant sans accord entre Londres et Bruxelles, ndlr) n'est pas le nôtre. Nous devons réussir non pas contre le Royaume-Uni mais avec lui», a également insisté M. Barnier à Strasbourg.

Source: agences et rédaction

05-04-2017 | 14:57
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut