Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: «Ce qui se passe aujourd’hui est un signe annonciateur de la victoire définitive» Un cadeau précieux... fait avec amour Attentat déjoué à La Mecque: l’Iran condamne, se dit prêt à coopérer Philippines: le chef du groupe «Daech» aurait fui Marawi, selon l’armée L’ONU rejette les accusations d’«Israël» sur le Hezbollah maquillé en ONG La Russie a intercepté 14 avions étrangers près de ses frontières cette semaine (rapport) Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d’êtres humains Arabie saoudite: Le prince des fiascos veut devenir roi Centres de torture au Yémen : les Etats-Unis auraient leurs entrées Le Hezbollah condamne l’attentat déjoué à La Mecque: la pensée criminelle touche tout le monde sans discrimination Cinq tours à Londres évacuées immédiatement pour risques d’incendie Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Première ministre britannique Theresa May a entamé mardi une visite en Arabie saoudite où existe, selon elle, «un énorme potentiel d'investissements pour doper l'économie» de son pays en passe de quitter l'Union européenne.

Theresa May en quête d'argent frais en Arabie saoudite

Certes, des questions de défense, de sécurité et de contre-terrorisme seront évoquées, mais l'économie dominera cette visite et le Yémen, où l'Arabie saoudite mène depuis deux ans une campagne militaire controversée, «n'est pas à l'ordre du jour», a déclaré son porte-parole.

«Nous soulèverons la question humanitaire» au Yémen, a toutefois indiqué à la BBC Theresa May, ajoutant n'avoir aucun problème à aborder «des sujets difficiles» pendant ses voyages à l'étranger. Elle est cependant restée évasive sur les droits de l'Homme en Arabie saoudite.

Alors que les opposants à l'intervention saoudienne au Yémen et aux ventes d'armes britanniques sont très actifs en Grande-Bretagne, le chef de la diplomatie de Londres, Boris Johnson, s'est excusé avant la visite pour «l'agression» dont a été victime un haut gradé saoudien lors d'un séminaire jeudi à Londres, ont indiqué les autorités à Ryad.

Le général Ahmed Assiri, porte-parole de la coalition arabe au Yémen, a été la cible d'un jet d'œuf et violemment critiqué par des manifestants pour le nombre élevé de victimes civiles tuées au Yémen par la coalition arabe commandée par l’Arabie saoudite.

Jeremy Corbyn, leader de l'opposition travailliste, a exigé «l'arrêt immédiat» des exportations d'armes britanniques vers l'Arabie saoudite.

Theresa May, qui se projette comme un modèle pour les femmes du Moyen-Orient, a été reçue mardi par la présidente de la Bourse de Ryad, Sarah al-Suhaimi, avant une rencontre avec la princesse Reema bent Bandar, la plus haute responsable du sport féminin en Arabie saoudite.

Le royaume ultra-conservateur saoudien cherche à se réformer mais les femmes n'y ont toujours pas le droit de conduire.

Mardi, la Première ministre britannique s'est aussi entretenue avec le prince héritier Mohammed ben Nayef de «la coopération conjointe pour combattre l'extrémisme et le terrorisme», a indiqué l'agence saoudienne SPA. Une audience avec le roi Salmane est prévue mercredi.

«Une grande partie» de la visite de May, qui venait de Jordanie, a trait aux «relations d'affaires entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite», a dit son porte-parole.

L'Arabie saoudite est actuellement le plus important partenaire commercial du Royaume-Uni au Moyen-Orient, les exportations britanniques de biens et de services ayant totalisé 7,70 milliards d'euros en 2015.

La région du Golfe a beaucoup occupé l'agenda étranger du gouvernement britannique ces derniers mois dans le contexte du «Brexit» et des lourdes incertitudes économiques entourant son départ de l'UE.

En décembre, May avait été la première femme à participer au sommet annuel des dirigeants des pétromonarchies du Golfe à Bahreïn.

Elle avait souligné que son pays était prêt à contribuer au renforcement de la sécurité des nations arabes de cette région qui, en échange, s'étaient engagées à établir «les relations commerciales et économiques les plus étroites possibles» après le «Brexit».

Dans sa quête d'argent frais, Londres a déjà obtenu des résultats, le Premier ministre du Qatar ayant annoncé le 27 mars que son pays allait investir 5,8 milliards d'euros supplémentaires au Royaume-Uni dans les trois à cinq années à venir, notamment dans les infrastructures et les services.

Cependant, les pays du Golfe sont eux-mêmes sous pression et présentent des budgets en déficit en raison de la chute des revenus pétroliers. Dans ce contexte, leurs investissements pourraient ne pas être à la hauteur des attentes britanniques, estiment des experts.

D'autres pensent que May a un coup à jouer à Ryad qui a adopté l'an dernier un ambitieux programme appelé «Vision 2030» visant à diversifier l'économie saoudienne encore trop dépendante de l'or noir.

Adam Baron, expert associé à l'European Council on Foreign Relations, se demande si les pressions sur l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe peuvent aller de pair avec l'augmentation du commerce, deux objectifs apparemment «contradictoires».

Source : agences et rédaction

05-04-2017 | 11:52
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut