Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Pakistan a recommencé lundi à rapatrier des réfugiés afghans vers l'Afghanistan, un programme controversé en raison des mauvaises conditions de sécurité et d'accueil qui les attendent dans leur pays d'origine.

Le Pakistan reprend le rapatriement controversé de réfugiés afghans

Une première phase l'an dernier avait vu quelque 380.000 réfugiés afghans rentrer au pays depuis le Pakistan, où certains étaient parfois installés depuis des décennies. Le programme avait été interrompu en décembre en raison des conditions météo hivernales.

«Le programme de rapatriement volontaire des réfugiés afghans enregistrés a repris aujourd'hui», a déclaré à l'AFP une porte-parole du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) au Pakistan, Duniya Aslam Khan. L'agence onusienne a réduit l'aide financière octroyée aux familles en partance, qui repasse de 400 à 200 USD par personne. Cette décision est due «aux contraintes financières auxquelles font face les opérations humanitaires dans le monde», a-t-elle expliqué.

Cette aide avait été doublée en 2016, ce qui avait poussé les Afghans au retour, selon l'ONU. Mais nombre de réfugiés et d'ONG ont également mis en cause l'attitude hostile des autorités pakistanaise.

L'opération a ainsi été vivement critiquée en février par l'organisation Human Rights Watch (HRW), qui a accusé le Pakistan de recourir à la force et à la menace, et dénoncé la «complicité» du HCR. «Le Haut Commissariat est resté silencieux face à ces refoulements à grande échelle, sans dénoncer une seule fois le fait que beaucoup de ces rapatriés fuyaient d'abord les abus de la police (...) ni dénoncer l'attitude du Pakistan, contraire au droit international», selon le rapport de HRW.

Le HCR avait rejeté ces accusations, estimant que «divers facteurs» avaient encouragé ces retours massifs, y compris les «appels à rentrer du gouvernement afghan». HRW avait appelé les bailleurs de fonds internationaux à «intervenir pour exhorter le gouvernement et l'ONU à protéger les réfugiés afghans qui se trouvent toujours au Pakistan».

Il y avait près de 2,5 millions de réfugiés afghans au Pakistan, enregistrés ou non, selon les derniers chiffres publiés l'an dernier, ce qui en faisait le troisième plus grand pays hôte de réfugiés selon le HCR.

Source: agences

04-04-2017 | 14:36
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut