Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Cour de cassation à Bahreïn a réduit lundi de cinq ans la peine de prison que purge le principal chef de l'opposition, cheikh Ali Salmane, sous prétexte d’«incitation à la désobéissance civile et à la haine confessionnelle», selon une source judiciaire.

Bahreïn: réduction de la peine injuste que purge cheikh Ali Salmane.

Cheikh Ali Salmane, 51 ans, avait été condamné en 2015 à quatre ans de prison. Mais une Cour d'appel avait, en 2016, alourdi cette peine à neuf ans de réclusion sous une nouvelle accusation sans fondement de «complot contre le régime». Il est détenu depuis décembre 2014.

La Cour de cassation, dont les verdicts sont sans appel, «a décidé de réduire (la) peine de neuf ans à quatre ans de prison», a déclaré la source judiciaire sans donner plus de précision sur le jugement.

Cheikh Ali Salmane dirigeait le mouvement Al-Wefaq, principale force de l'opposition, que la justice a également dissout en l'accusant de «fomenter de troubles à Bahreïn», petit royaume du Golfe dirigé par la dynastie Al-Khalifa.

Son arrestation et son incarcération, puis la dissolution d'Al-Wefaq, avaient provoqué des manifestations et avaient été condamnées par les Etats-Unis, pays allié de Bahreïn, par l'Iran et par des organisations de défense des droits de l'Homme.

Le Wefaq a animé en 2011 un puissant mouvement de contestation pacifique à Bahreïn dans le sillage du «Printemps arabe».

Des dizaines de Bahreïnis ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour participation aux manifestations de 2011 à Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis.

L'opposition bahreïnie réclame des réformes et une véritable monarchie constitutionnelle.

Manama déchoie de sa nationalité le représentant du cheikh Qassem

Dans le même contexte, le gouvernement bahreïni a déchu de sa nationalité le cheikh Abdallah al-Daqaq, représentant du chef de la communauté musulmane chiite de Bahreïn en Iran.

Selon al-Manar, la Cour de Bahreïn a également condamné le cheikh Daqaq à dix années d’emprisonnement.

En réaction à ce verdict, le cheikh Daqaq a déclaré à l’agence de presse iranienne Tasnim News que: «les experts en politique peuvent constater que les accusations portées à mon encontre par la Cour de Bahreïn, jeudi dernier, sont dénuées de tout fondement. Le régime des Al-Khalifa avait prétendu que les avocats des accusés étaient présents lors du jugement. Mais bizarrement, je n’ai été tenu informé ni de ce procès ni du fait qu’un avocat de la défense me représentait devant la Cour».

Et d’ajouter: «Je suis faussement accusé d’avoir soutenu le terrorisme et d’avoir envoyé des jeunes Bahreïnis en Irak pour recevoir des formations militaires. En fait, ce procès a pour ultime objectif de porter un coup dur à tous ceux qui défendent l’ayatollah cheikh Issa Qassem».

Cheikh Daqaq a en outre affirmé que: «les Bahreïnis de souche n’ont pas besoin de confirmer leur nationalité face à des documents manipulés par le régime. Ceux qui ont besoin de prouver leur nationalité ce sont les étrangers dépêchés à notre pays pour piller ses richesses et opprimer les autochtones».

Il convient de noter que le régime des al-Khalifa a déchu près de 390 Bahreïnis de leur nationalité, dont des dignitaires religieux (cheikh Issa Qassem), des militants, des intellectuels et des politiciens.

Source: divers et rédaction

03-04-2017 | 13:27
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut