Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: «Ce qui se passe aujourd’hui est un signe annonciateur de la victoire définitive» Un cadeau précieux... fait avec amour Attentat déjoué à La Mecque: l’Iran condamne, se dit prêt à coopérer Philippines: le chef du groupe «Daech» aurait fui Marawi, selon l’armée L’ONU rejette les accusations d’«Israël» sur le Hezbollah maquillé en ONG La Russie a intercepté 14 avions étrangers près de ses frontières cette semaine (rapport) Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d’êtres humains Arabie saoudite: Le prince des fiascos veut devenir roi Centres de torture au Yémen : les Etats-Unis auraient leurs entrées Le Hezbollah condamne l’attentat déjoué à La Mecque: la pensée criminelle touche tout le monde sans discrimination Cinq tours à Londres évacuées immédiatement pour risques d’incendie Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Si rien ne change, certains pays très endettés pourront suivre l’exemple du Royaume-Uni et sortir de l'Union européenne, a estimé le responsable de la stratégie Forex de la Saxo Bank, John Hardy.

Une nouvelle crise financière guette l’UE.

Certains pays de l'Union européenne pourraient être tentés par un scenario à la Brexit, et l'Italie en est sans doute l'un des premiers candidats, a dans un entretien avec Sputnik l'expert en stratégie monétaire.

«L'économie de ce pays est tout simplement stagnante. Ils [les Italiens, ndlr] ont une dette immense. L'Italie a besoin de réformes structurelles», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que l'Espagne et le Portugal étaient eux aussi confrontés à des problèmes, mais que leurs gouvernements arrivaient à les gérer pour le moment.

«À mon avis, le problème réside dans la structure générale. L'Union européenne a une seule banque centrale et une monnaie unique, mais les innombrables structures fiscales européennes n'ont pas de dettes réciproques. La Banque centrale européenne (BCE) a essayé de résoudre ce problème par des émissions. On dirait que l'économie va mieux. […] Mais qu'en est-il de cet argent? L'Italie pourrait-elle rembourser sa dette? Non. Et la Grèce, pourrait-elle rendre l'argent à ces créanciers? Non, tout comme le Portugal et d'autres. Tout se réduit au problème structurel qu'il faut résoudre», a souligné M. Hardy.

Selon ce dernier, sur le plan financier, le Portugal se trouve dans une situation encore pire que l'Italie, mais les Portugais sont toujours attachés à leur participation à l'UE bien qu'elle leur coûte cher.

«Bien que la situation de l'Italie soit plus compliquée, elle tient à l'euro, n'oubliant pas l'époque de la dévaluation galopante de sa lire. Quoi qu'il en soit, son économie ne croît pas tant qu'elle reste dans la zone euro. Il faut qu'une partie de sa dette soit annulée. Et le seul moyen d'y parvenir consiste à introduire le principe des dettes réciproques», a indiqué l'expert.

Il se prononce en faveur d'une intégration fiscale, sinon la récession reviendra dans une année ou deux.

«Et alors le problème structurel redeviendra actuel, car personne n'a essayé de le résoudre pour de bon, la Banque centrale ne faisant en fait qu'émettre de l'argent pour maintenir le fonctionnement du système», a constaté l'interlocuteur de Sputnik.

Selon lui, L'Allemagne contrôle pour beaucoup la politique financière de l'UE, et en est également le principal bénéficiaire.

«La faiblesse de l'euro a favorisé l'économie allemande. […] L'Europe a toutefois besoin d'une large intégration fiscale, ce qui n'est pas du tout facile à réaliser dans la zone d'une monnaie unique. L'Allemagne devrait augmenter l'inflation et affaiblir sa compétitivité par rapport à la périphérie de l'UE. Il est vrai que cette idée n'est pas soutenue par l'actuel gouvernement allemand», a regretté M. Hardy.

Et de conclure que pour le moment, l'Allemagne constituait sans doute le principal problème de l'Europe.

Source: agences et rédaction

03-04-2017 | 12:07
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut