Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le Leader Khamenei rend visite aux sinistrés du séisme à Kermanshah Syrie: l’armée chasse «Daech» de Boukamal, dernière ville aux mains des terroristes Allemagne: Merkel «déplore» l’échec des négociations gouvernementales «Israël» a des liens secrets avec plusieurs pays arabes, selon un ministre sioniste Irak : 300 femmes et enfants étrangers de «Daech» transférés à Bagdad avant expulsion Zimbabwe : dans la tourmente, Mugabe s’exprime devant la nation, sans annoncer sa démission Pyongyang pourrait avoir dès cette année un missile pouvant frapper les USA Hariri : je serai à Beyrouth pour le 22/11 et je discuterais les positions politiques avec Aoun Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes MBS prend en otage deux enfants de Hariri Gebran Bassil à RT : la souveraineté du Liban n’est pas «à vendre» Moscou refuse de proroger la mission d’enquête sur les armes chimiques en Syrie N’oubliez jamais où vous vous garez. Cet automobiliste allemand l’a compris 20 ans après Le programme balistique de l’Iran «ne regarde pas» la France, affirme Velayati Le Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé à Paris Pays-Bas: les femmes terroristes inquiètent les services de renseignement Pyongyang créerait son premier sous-marin doté de missiles balistiques Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ŒIL SUR L'ENNEMI

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Plusieurs agents de la DCRI ont été mutés après avoir été suspectés de fournir des renseignements au Mossad dans le cadre d'une mission conjointe à Paris. Deux membres de l'ambassade d'«Israël» ont ensuite dû quitter la France.

Le Mossad aurait profité d'une mission en France pour recruter des agents doubles

Un article du Monde revenant sur une opération franco-israélienne de 2011 visant à recueillir des informations sur le programme d'armes chimiques syrien a révélé que le Mossad aurait réussi à recruter des agents doubles au sein des services de renseignement français.

L'opération, qui se déroulait à Paris, a été l'occasion pour les agents du Mossad de tisser des liens avec leurs homologues français. Mais ces liens pourraient avoir été au-delà des relations professionnelles entre services.

«L'un des agents français a ainsi été vu fêtant le shabbat avec le chef de poste du Mossad à Paris, il est également parti faire du tir à Dubaï puis a rejoint, en famille, ses camarades du Mossad à Jérusalem. Une proximité revenant, selon la DCRI, à franchir la ligne jaune», rapporte le quotidien du soir.

Le versement de «sommes d'argent en espèces» et «l’existence de cadeaux contraire aux règles internes» ont mis la puce à l'oreille de la DCRI qui a suspecté certains de ses agents travaillant conjointement avec le Mossad d'être des agents doubles au service de l’entité israélienne. Résultat, plusieurs agents français ont eu leur habilitation secret défense retirée et ont été «mutés dans des services subalternes».

La France, qui s'est plainte auprès de «Tel-Aviv», aurait obtenu le départ de deux membres de l'ambassade d'«Israël» impliqués dans le scandale présumé.

Bernard Squarcini, ex-patron de la DCRI de 2008 à 2012, avait-lui même dénoncé en 2016 des tentatives d'espionnage des services secrets israéliens. Néanmoins, celui-ci aurait été contacté par les deux ex-agents du Mossad en août 2016, et est pour cette raison suspecté par la justice française d'être impliqué dans le scandale.

Deux commissions rogatoires, initiées par les juges d'instruction, sont actuellement en cours pour tenter d'éclaircir ces affaires.

Opération commune lancée en 2010

Le Monde a publié des informations sur un rapport interne de la Direction générale de la sécurité interne (DGSI), l’agence d’espionnage intérieur de France, dans lequel il est allégué que des agents des deux services travaillant sur une opération commune lancée en 2010 pour collecter des informations sur les capacités en armes en possession de la Syrie ont développé des relations inappropriées et non autorisées.

Ces relations ont été découvertes par une autre agence d’espionnage française, chargée de garder un œil sur les agents du Mossad travaillant à Paris. Un ingénieur syrien connaissant l’arsenal d’armes chimiques et de missiles balistiques de Damas avait été fait venir et «travaillé» par les Israéliens pour être une source de renseignements.

L’ingénieur était également proche de la fille d’un cadre important de l’Etat.

L’arrivée de l’ingénieur en France a eu lieu, selon Le Monde, après deux ans d’efforts du Mossad qui travaillait avec une source à Damas pour convaincre l’ingénieur de tenter de nouveaux horizons et de lancer une entreprise d’import-export à Paris.

Un agent israélien, prétendant être un homme d’affaires d’origine italienne, a fourni à l’ingénieur syrien des contacts commerciaux et des conseils tout en obtenant de lui des informations, a indiqué Le Monde, pendant que les agences françaises ont clandestinement facilité les procédures de visa et lui ont ouvert d’autres portes dans le monde des affaires. Les agents français ont également fourni un soutien logistique et une surveillance.

Pendant leur opération commune, qui a duré plusieurs années, le Mossad, la DGSE et la DGSI ont découvert des informations cruciales au sujet des fabricants, des sous-traitants et des intermédiaires travaillant avec la Syrie en France et en Europe.

Source : sites web et rédaction

28-03-2017 | 11:42
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut