Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les autorités algériennes se sont félicitées dans un communiqué de l'élimination de deux terroristes à Constantine, dans le nord-est du pays. L'un d'eux est présenté par la presse algérienne comme le chef de la branche locale de «Daech». Cette opération est intervenue un mois, jour pour jour, après l'attaque avortée contre un commissariat de cette ville de l'est du pays.

L'armée algérienne abat deux terroristes, dont «l'émir local de Daech»

Dans le cadre de lutte antiterroriste, grâce à l'exploitation efficiente de renseignements et suite à une embuscade tendue dans la zone de Djebel El-Ouahche à Constantine [...], un détachement de l'armée nationale populaire a éliminé, hier soir 25 mars 2017, deux terroristes», a indiqué dans un communiqué daté du 26 mars le ministère algérien de la Défense nationale.

Il s'agit, poursuit le communiqué, de Laouira Noureddine, alias Abou Al Hammam, «qui avait rallié les groupes terroristes en 2008», et de F. Bilal. Le premier était décrit par la presse algérienne comme le chef de la phalange «El Ghoraba», un groupe lié à «Aqmi» qui avait prêté allégeance à «Daech».

Ce groupe est responsable de l'assassinat d'un officier de police à Constantine, en octobre dernier, et c'est également ce groupe qui, selon la presse algérienne, est à l'origine des attaques contre deux commissariats de la ville le 25 février dernier.

Un homme portant une ceinture d'explosifs avait alors tenté de l'actionner devant un poste de police, mais il avait été abattu par un officier. Quelques minutes plus tard, d'autres assaillants avaient ouvert le feu sur un deuxième commissariat de la ville.

Depuis cette attaque, les forces de sécurité avaient arrêté plusieurs personnes, accusées de soutien au terrorisme. Selon la presse, ces personnes interpellées sont d'anciens terroristes repentis qui ont bénéficié de l'amnistie, ainsi que les enfants de certains d'entre eux.

Si l'Algérie a adopté en 2005 une «Charte pour la paix et la réconciliation», censée tourner la page de la «décennie noire» [les années 1990] marquée par une guerre civile sanglante, les autorités algériennes doivent toujours faire face à des forces terroristes. Dans l'est et le sud du pays, en particulier, des groupes islamistes armés restent actifs. D'après un rapport des services de sécurité, cité par le journal Echourouk en mai 2016, le pays comprendrait un peu plus de 300 terroristes, affiliés notamment à Jund Al-Khilafa (Les Soldats du Califat, un groupe ayant fait allégeance à Daesh) et à «AQMI» (Al-Qaïda au Maghreb islamique).

Dans ce contexte, l'armée mène régulièrement des interventions musclées dans le pays. Selon un décompte établi par l'AFP à partir de données publiées par l'Etat algérien, les autorités ont abattu pas moins de 22 islamistes armés depuis le début de l'année 2017.

Source : agences et rédaction

 

27-03-2017 | 09:14
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut