Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Ayant un jour abrité des réfugiés syriens, une tente de l'ONU a été transformée en robe qui porte toujours les marques de son histoire dans un camp du nord de la Jordanie.

Pour ne pas oublier la guerre en Syrie, une tente de réfugiés en Jordanie transformée en robe.

Dress for Our Time, un projet de la professeure de mode Helen Storey, a converti une tente du camp de réfugiés syriens de Zaatari en une longue et large robe à capuche. La tenue, exposée au Salon International d'Aide Humanitaire et de Développement de Dubaï, a pour ambition de présenter la réalité de la vie quotidienne des réfugiés à un public physiquement et politiquement loin de guerre. Le conflit en Syrie, qui est entré dans sa septième année, a fait plus de 320.000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population.

«Nous utilisons la mode comme cheval de Troie et à partir de là, nous sommes capables de parler de choses plus sérieuses (...) d'une crise qui nous concerne tous», explique Helen Storey, professeure à l'Université des Arts à Londres. «C'était important pour moi qu'elle (la robe) ait une histoire, c'était réellement le refuge d'une famille. Je pense que c'est ce récit qui donne à l'œuvre une résonance», poursuit-elle.

La toile avait été jetée lorsque le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait commencé à remplacer les tentes par des cabanes métalliques dans le camp de Zaatari. L'universitaire a préservé la tente dans les conditions dans lesquelles elle l'avait trouvée: une bâche beige frappée du logo bleu de l'agence onusienne sur laquelle on devine quelques mots écrits au feutre orange.

La robe a l'an passé été dévoilée au public, des rues de Londres à celles de Glastonbury. Elle provoquait à chaque fois une réaction, de la confusion à l'amusement, en passant par la curiosité.

«A Londres, beaucoup de gens s'arrêtaient et (la) fixaient», se rappelle l'ambassadrice du projet Louise Owen, qui a porté la robe lors de sa présentation à Dubaï. «Une artiste syrienne ici a fondu en larmes lorsqu'elle m'a vu dans la robe», raconte-t-elle.

La robe et l'histoire qu'elle porte continueront leur périple et ne sont pas voués à retourner dans le camp de Zaatari. «C'est notre partie du monde qui a besoin d'éducation (...), plaide Mme Storey. C'est réellement un outil pour encourager les Occidentaux à être beaucoup moins sur la défensive» lorsque l'on parle de la crise en Syrie.

Source: agences et rédaction

24-03-2017 | 13:25
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut