Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Des ONG s’alarment du «chaos» en Centrafrique États-Unis : l’auteur d’une fusillade mortelle arrêté après une chasse à l’homme Licences d’armes vers l’Arabie saoudite: Amnesty dénonce «l’immoralité» de la Wallonie L’Iran va accélérer son programme balistique malgré les pressions Sans merci : le récit d’un médecin au Yémen Kenya : l’opposition appelle à des manifestations de masse le jour de la présidentielle «La Birmanie a échoué à protéger la minorité Rohingya», accuse l’ONU Yémen : l’éducation de millions d’enfants menacée en raison de l’offensive, selon l’UNICEF Un coup «inimaginable» au moment «inattendu», de nouvelles menaces de Pyongyang contre les USA Bahreïn : 4 000 prisonniers sont la cible d’une vengeance politique Pyongyang assemblerait un nouveau sous-marin porteur de missiles balistiques Le chef du Parlement koweitien expulse la délégation israélienne d’une conférence en Russie Catalogne : En cas de suspension de l’autonomie par Madrid, l’indépendance sera officiellement votée Réconciliation palestinienne : le Hamas rejette une «ingérence flagrante» des USA Afghanistan: les talibans attaquent une base militaire, au moins 43 soldats tués Les terroristes envisageraient de répéter le 9/11 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Palestine

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Rima Khalaf, secrétaire générale adjointe des Nations unies, a présenté vendredi sa démission après que le secrétaire général de l'ONU lui a demandé d’annuler un rapport accusant «Israël» de soumettre les Palestiniens à un régime d'apartheid.

Démission d'une responsable de l'ONU après l’annulation d'un rapport critique envers «Israël»

Le conflit israélo-palestinien n’en finit pas de susciter des remous à l’ONU. La secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale des Nations unies (CESAO), Rima Khalaf, a présenté vendredi 17 mars sa démission après que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lui a demandé l’annulation d’un rapport rédigé par ses soins. Le rapport estime qu'«Israël» a soumis les Palestiniens à des conditions de vie pouvant s'apparenter au régime d'apartheid.

«Le secrétaire général de l'ONU m'a demandé hier matin de retirer (le rapport), je lui ai demandé de reconsidérer sa décision mais il a insisté. Sur ce, je lui ai présenté ma démission de l'ONU», a annoncé Rima Khalaf lors d'une conférence de presse à Beyrouth.

Basée à Beyrouth, la CESAO est composée de 18 pays arabes, dont l'État de Palestine en tant que membre à part entière. Elle œuvre à renforcer la coopération et à promouvoir le développement entre ces pays.

«Crime d’apartheid»

Selon ce rapport, les Palestiniens sont soumis à une «fragmentation stratégique» permettant à «Israël» d'imposer une «domination raciale» avec des lois différentes en fonction des régions.

«Israël est coupable d'imposer un régime d'apartheid au peuple palestinien, ce qui correspond à la commission d'un crime contre l'humanité», y est-il écrit.

Le 15 mars, les États-Unis, principal allié d'«Israël», ont réclamé le retrait du rapport de la CESAO, se disant «outrés» par le texte qui conclut que l’entité israélienne est «coupable de politiques et de pratiques constitutives du crime d'apartheid».

«On s'attendait bien sûr à ce qu'Israël et ses alliés exercent des pressions énormes sur le secrétaire général de l'ONU pour qu'il désavoue le rapport et qu'ils lui demandent de le retirer», a réagi, pour sa part, Rima Khalaf, de nationalité jordanienne, lors de son point de presse.

Le secrétaire général a également pris ses distances avec le rapport, indiquant par la voix de son porte-parole Stéphane Dujarric que «le rapport en l'état ne reflète pas les positions du secrétaire général» et qu'il a été rédigé sans consultations avec ce dernier.

«Renforcer la crédibilité de Guterres» vis-à-vis de Washington

D’après des sources de France 24 à l’ONU, le secrétariat général avait pourtant pris connaissance de ce rapport depuis plusieurs mois. Le document a été diffusé, sans être rendu public, dès le 15 décembre 2016, avant la nomination de Gutteres. Ce dernier aurait eu tout le loisir de le contester avant sa publication mercredi.

Après un peu plus de trois mois en poste, le secrétaire général de l’ONU semble avoir partiellement cédé aux pressions de l’administration Trump qui cherche à réduire les critiques vis-à-vis d’«Israël».

«En un sens, cette mini-crise constitue une bénédiction politique pour Guterres : il avait désespérément besoin de montrer aux États-Unis qu’il n’était pas anti-Israël. Son agacement vis-à-vis de ce rapport et la démission de Khalaf lui permettent de renforcer sa crédibilité auprès de Washington», a expliqué Richard Gowan, spécialiste de l'ONU au Conseil de l'Europe pour les Affaires étrangères, à France 24.

Source: France 24 et rédaction

18-03-2017 | 11:37
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut