Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

C'est au terme d'une campagne marquée largement par les questions identitaires et sur fond de crise diplomatique avec la Turquie que les Néerlandais sont appelés aux urnes ce mercredi pour élire leur Parlement.

Pays-Bas: les électeurs aux urnes pour des élections décisives en Europe.

Après le Brexit au Royaume-Uni et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine, tous les yeux sont braqués sur la formation du député islamophobe Geert Wilders, qui est redescendu dans les derniers sondages après avoir caracolé en tête pendant de nombreux mois.

Les 12,9 millions d'électeurs potentiels ont commencé à se rendre aux urnes à 7H30 (06H30 GMT) sur le chemin du travail ou de l'école, les bureaux de postes étant installés dans les gares, les magasins, ou parfois même chez des particuliers.

Les bureaux fermeront à 21H00 (20H00 GMT), et les premières estimations sont attendues peu après, alors qu'un nombre record d'électeurs ignorent vers quel candidat se portera leur crayon rouge une fois dans l'isoloir.

Un dernier débat a eu lieu entre les têtes de listes mardi soir.

La dirigeante de l'extrême droite française, Marine Le Pen, a de nouveau apporté mardi son soutien à son allié néerlandais Geert Wilders, qu'elle a qualifiée d'«ami» et de «patriote».

«Geert Wilders n'est pas d'extrême droite, il est un patriote», a affirmé Mme Le Pen sur RFI et France 24.

«A chaque fois que, dans un pays, un homme s'oppose à l'immigration massive, il est traité de populiste, de raciste, de xénophobe, etc (...) est-ce qu'on a le droit d'être opposé à l'immigration sans se faire insulter?», a poursuivi la présidente du Front national (FN), en tête des sondages pour le premier tour de l'élection présidentielle en France, le 23 avril.

Quels sont les enjeux?

Premiers à se rendre à l'isoloir, avant les Français et les Allemands, les Néerlandais pourraient donner l'élan à une vague d'extrême droite eurosceptique, anti-immigration et anti-islam s'abattant sur ces Etats fondateurs de l'Union européenne.

Le match principal voit s'affronter le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders et le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) du Premier ministre Mark Rutte.

Autour, gravite une myriade de partis moyens et petits. Au total, ils sont 28 à se disputer les 150 sièges de la chambre basse du Parlement alors que 76 sièges sont nécessaires pour constituer une majorité.

Loin d'être insignifiantes, ces formations détournent les électeurs des partis traditionnels. Sans oublier qu'elles possèdent un véritable pouvoir dans le système de représentation proportionnelle néerlandais: celui de faire pencher la balance des coalitions.

Source: agences et rédaction

15-03-2017 | 10:59
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut