Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Jurd de Ersal: la Résistance poursuit son avancée, s’empare de la ligne de défense principale d’«al-Nosra» Egypte: peines de mort contre 28 personnes pour le meurtre du procureur général Pourquoi le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a-t-il démissionné? Une adolescente allemande recrutée par «Daech» arrêtée à Mossoul en Irak Syrie: accord Moscou/extrémistes pour sécuriser l’enclave de la Ghouta Iran: le début de la production de Sayyad-3, nouveau missile de défense antiaérienne La présence des États-Unis en Syrie est illégitime, dit un général US Renseignement US: Pyongyang en passe de devenir une véritable puissance nucléaire Pour Damas, la «coalition illégitime» menée par les USA devra payer pour la destruction de la Syrie Egypte: les forces armées tuent 30 extrémistes dans le Sinaï Les attaques contre Al Aqsa Les travaux de reconstruction de la ville syrienne de Resafa ont commencé Interpol dévoile les noms des 173 kamikazes de «Daech» les plus dangereux pour l’Europe Yémen: 20 civils tués par un bombardement saoudien visant Taëz Crise du Golfe: l’émir du Qatar se dit prêt au dialogue sous conditions Seize policiers afghans perdent la vie dans un bombardement américain Première étape de la bataille du jurd de Ersal: effet de surprise et avancée rapide... La bataille du jurd de Ersal en images Le choléra de Salmane Grand embarras: Netanyahu s’indigne contre l’UE en croyant son micro éteint Réorganisation des services de sécurité en Arabie saoudite Selon Ankara, l’Allemagne est «le principal» refuge pour les terroristes Washington va interdire les voyages en Corée du Nord L’épidémie de choléra au Yémen est la pire enregistrée en une seule année Netanyahou et le ministre des AE des EAU se sont rencontrés à New York en 2012 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Une entreprise peut interdire dans son règlement intérieur le port visible de signes religieux, politiques et philosophiques afin de conserver sa neutralité, sous certaines conditions, estime la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

Selon la Cour de justice, les entreprises peuvent interdire le port de signes religieux

La Cour de justice, basée au Luxembourg, a rendu le 14 mars son avis dans deux cas, en Belgique et en France, de femmes musulmanes estimant avoir été discriminées au travail en raison de leur port du foulard islamique.

«L'interdiction de porter un foulard islamique, qui découle d'une règle interne d'une entreprise privée interdisant le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux sur le lieu de travail, ne constitue pas une discrimination directe fondée sur la religion ou sur les convictions», concluent les juges dans l'affaire belge.

Dans le dossier belge, l'employée, Samira Achbita, ne portait pas le foulard au moment de son embauche comme réceptionniste en 2003 par le groupe G4S, qui fournit des services de surveillance et de sécurité.

Mais, trois ans plus tard, elle faisait part à son employeur de sa décision de porter le foulard, malgré la politique de neutralité, notifiée d'abord oralement, puis par écrit, par l'entreprise qui interdit le port de signes politiques, philosophiques ou religieux. Samira Achbita avait été renvoyée en 2006.

La Cour ajoute toutefois un certain nombre de conditions pour dédouaner totalement l'entreprise, et évoque une situation de discrimination «indirecte».

L'obligation de neutralité ne doit pas entraîner de désavantage pour des personnes adhérant à une religion ou à des convictions et doit être justifiée par un «objectif légitime», au travers de moyens «appropriés et nécessaires».
Il reviendra à la cour de Cassation belge, chargée de ce dossier, de se prononcer sur ces points, explique la cour.

Dans le dossier transmis par la haute autorité judiciaire française, la Cour a émis un avis complémentaire, estimant qu'un client d'une entreprise ne pouvait imposer de cesser de recevoir de services fournis par une travailleuse qui portait le foulard islamique.

Il s'agit du cas d'une ingénieure d'étude employée par la société française Micropole, qui portait le foulard au moment de son embauche en 2008.

Mais lors d'un rendez-vous avec un client, ce dernier s'était plaint et avait exigé qu'il n'y ait «pas de voile la prochaine fois». Micropole avait transmis cette requête à son employée qui avait refusé. Elle avait été licenciée en juin 2009.

Source: sites web

14-03-2017 | 15:52
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut