Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président américain Donald Trump a autorisé la CIA à éliminer les terroristes présumés à l’aide de drones. Un pas en avant par rapport à la politique de Barack Obama qui en utilisait uniquement contre des formations paramilitaires.

Trump donne carte blanche à la CIA pour éliminer des suspects avec des drones

Le président américain Donald Trump a autorisé la Central Intelligence Agency (CIA) à organiser des attaques de drones contre les positions de «militants présumés», a annoncé lundi le Wall Street Journal, citant des sources officielles américaines.

Le leader des États-Unis a ainsi annulé les restrictions adoptées sous le président Barack Obama selon lesquelles les drones pouvaient être utilisés uniquement contre des formations paramilitaires.

Obama a cherché à influencer la politique mondiale en matière d'utilisation de drones d'attaque lorsque les autres nations ont commencé à développer leurs propres programmes de drones.

Les États-Unis ont été les premiers à utiliser des avions sans pilote munis de missiles pour tuer des militants présumés dans les années qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 contre New York et Washington.

Les attaques de drones Predator et Reaper armés de missiles contre des cibles outre-mer ont commencé sous le président George W. Bush et poursuivies par Barack Obama.

Les critiques face au programme de mise à mort ciblée se demandent si ces frappes ne créent pas plus de militants qu'elles n'en tuent, rappelle Reuters. Ils citent la propagation des organisations djihadistes et les attaques de militants dans le monde entier comme preuve du fait que des massacres ciblés peuvent aggraver le problème.

En juillet, le gouvernement des États-Unis a admis avoir tué par inadvertance jusqu'à 116 civils dans des attaques contre des pays avec lesquels l'Amérique n'est pas en guerre.

Source: agences

14-03-2017 | 14:40
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut