Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le gouvernement syrien et l'opposition ont annoncé relancer l'accord pour achever, avec l'aide de la Russie, l'évacuation de membres armés et de civils de la dernière poche armée de Homs, troisième ville du pays.

Homs verra le départ des derniers membres armés d'ici deux mois

L’entente conclue entre les autorités syriennes et l’«opposition» permet l'application d'un «accord de réconciliation», conclu en décembre 2015 et ayant déjà permis plusieurs vagues d'évacuation de ce secteur, mais qui était tombé dans l'impasse ces derniers mois. Selon l'agence officielle Sana, les personnes armées et leurs familles souhaitant quitter le quartier de Waer pourront commencer à être évacués le 18 mars. Le processus devrait prendre au maximum deux mois. 

Cette opération sera réalisée «en coopération avec le centre russe de réconciliation, la police et le Croissant rouge syrien», a déclaré à des journalistes le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi. «La police et le Croissant rouge superviseront le départ ainsi que [l'application de] l'accord et les forces russes [...] sécuriseront la route», a-t-il ajouté. 

Selon un résumé de l'accord diffusé par la Coalition nationale de l'opposition, les militants évacués de Waer se rendront dans des zones rebelles : dans le nord de la province de Homs, à Jarablos, dans la province d'Alep, plus au nord, ou encore dans celle d'Idleb, dernier grand bastion des groupes armés.

Selon l'accord, des troupes russes (entre 60 et 100 hommes) doivent se déployer dans le quartier pour veiller à l'application de l'accord et à la sécurité des habitants encore présents ou de ceux voulant y retourner. 

Autrefois surnommée la «capitale de la révolution», Homs a été le théâtre de grandes manifestations en 2011. Après deux ans de combats, l'armée avait repris cette ville en mai 2014, à l'exception du quartier de Waer.

En vertu d'un accord conclu en décembre 2015, trois vagues de départs de personnes armées accompagnés de leurs familles ont déjà eu lieu. L'accord initial prévoyait la fin de l'évacuation d'ici janvier 2016, mais sa mise en application a été entravée par la reprise des combats et des bombardements.

Outre Waer, le gouvernement a conclu plusieurs accords de «réconciliation» dans des zones tenues par les groupes armés. Il présente ces arrangements locaux, garantissant le passage des combattants assiégés, comme une clé pour mettre fin au conflit. 

Source : sites web et rédaction

14-03-2017 | 12:36
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut