Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Turquie refuse le retour de l'ambassadeur néerlandais tant que les Pays-Bas ne se rendront pas aux conditions posées par Ankara pour résoudre la crise diplomatique entre les deux pays, a déclaré lundi le vice-Premier ministre turc.

La Turquie suspend ses relations au plus haut niveau avec les Pays-Bas.

«Il a été décidé que jusqu'à ce que les conditions que nous avons posées soient remplies, l'ambassadeur néerlandais ne sera pas autorisé à revenir», a déclaré Numan Kurtulmus après une réunion du conseil des ministres.

En outre, «tant que les Pays-Bas n'auront pas réparé les torts qu'ils ont commis, les relations au plus haut niveau et les rencontres prévues au niveau ministériel et à haut niveau sont suspendues», a-t-il ajouté, après que La Haye a interdit à des ministres turcs de participer à des rassemblements en faveur du président Recep Tayyip Erdogan.

Appel au calme

Dans le contexte de cette crise diplomatique, les Etats-Unis ont appelé les deux pays au calme.

«Ils sont tous les deux des partenaires solides et des alliés de l'Otan. Nous leur demandons simplement d'éviter l'escalade et de s'efforcer de régler la situation», a plaidé un haut responsable du département d'Etat.

Ce diplomate américain a précisé que la nouvelle administration de Donald Trump n'était pas directement intervenue auprès d'Ankara et de La Haye parce que ce sont de «solides démocraties» qui «peuvent régler cela entre elles».

Le responsable n'a pas pris position en faveur de la Turquie ou des Pays-Bas mais il a affirmé que de manière générale «les gens devaient pouvoir manifester dans le calme et, qu'ayant cela à l'esprit, les deux pays devaient éviter la guerre des mots à laquelle on a assisté ce week-end».

L'ambassadeur des Pays-Bas Kees Cornelis van Rij est actuellement hors de Turquie, et le chargé d'affaires gère les affaires courantes.

La crise entre La Haye et Ankara survient juste avant les élections législatives cruciales de mercredi aux Pays-Bas après une campagne où l'islam et l'immigration ont été placés au cœur des débats par l'un des favoris, le candidat de l'extrême droite Geert Wilders.

Source: agences et rédaction

14-03-2017 | 11:25
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut