Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Les médecins révèlent le lien entre la teinture des cheveux et le cancer Le président libanais prône «le retour en toute sécurité» des déplacés syriens Bahreïn négocie l’achat de S-400 russes Des avions israéliens bombardent une batterie de missiles en Syrie Interview de Macron: 61% des Français «pas convaincus» par la prestation du président Par leur décision sur l’Iran, les USA démontrent leur instabilité dans les négociations Les sanctions américaines: un vulgaire acte de vengeance Blair: «J’ai commis l’irréparable en cédant aux pressions d’Israël» Moscou : la coalition ménage «al-Nosra» pour renverser Assad Le leader catalan propose une rencontre au Premier ministre espagnol Moscou: les raids de la coalition à Raqqa n’ont apporté pour le moment que des milliers de victimes Exercices conjoints de Séoul et Washington au large de la Corée Les forces irakiennes prennent aux Kurdes la principale base militaire dans la province de Kirkouk Pyongyang : Nos programmes nucléaires sont destinés à nous protéger de la destruction Nucléaire: pour Téhéran, le discours de Trump viole l’accord Somalie: 276 morts et 300 blessés dans l’attentat de samedi à Mogadiscio Maroc: démantèlement d’une «cellule terroriste» liée à «Daech» Les Saoudiennes veulent aussi conduire des taxis La cause de la mort prématurée de centaines de milliers d’Européens dévoilée Le refus de délivrer des visas US à des militaires russes inacceptable pour Moscou Rohingyas: Annan pousse l’ONU à faire pression pour un retour des réfugiés Erdogan: la Turquie «n’a pas besoin» de l’UE La Française Audrey Azoulay devient la nouvelle «patronne» de l’Unesco Syrie : une offensive terroriste massive brisée par l’armée près de la frontière irakienne La saison des ouragans n’est pas terminée, Ophelia se rapproche de l’Europe Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le candidat de la droite s'exprimait depuis son QG de campagne, alors qu'il vient de recevoir une convocation des juges lui signifiant sa mise en examen. Il a dénoncé un «assassinat politique» portant atteinte à «la campagne présidentielle».

«Je ne me retirerai pas» : François Fillon demande aux Français de le suivre

«Je ne me retirerai pas», s'est exclamé François Fillon, martelant qu'il entendait aller «jusqu'au bout», le 1er mars, depuis son QG de campagne. Le candidat du parti Les Républicains (LR) y avait convoqué la presse pour y faire une annonce après avoir été convoqué par les juges qui lui ont signifié qu'il serait mis en examen, le 15 mars, dans le cadre de l'enquête sur l'emploi présumé fictif de son épouse.

Le Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui avait annoncé le 26 janvier dernier qu'il renoncerait à se présenter en cas de mise en examen, en a profité pour demander aux Français de «tenir bon et de [le] suivre».

Pour justifier le maintien de sa candidature, François Fillon s'est étonné de la rapidité de l'enquête préliminaire, dénonçant le «viol systématique de l'Etat de droit» et la «disparition de la présomption d'innocence». Selon lui, il s'agirait d'une manœuvre destinée à l'«empêcher d'être candidat».

Dans le prolongement de la dimension politique qu'il attribue à l'enquête dont il est l'objet, le candidat a déclaré, conformément à la stratégie déjà mise en place par son équipe ces derniers jours : «A travers moi, c'est la campagne présidentielle qui est visée».

En dépit des critiques qu'il a formulées contre des juges qui ne le traiteraient pas comme un «justiciable ordinaire», il a tenu à préciser qu'il ne «désespérait pas de la justice».

Dans la matinée, le candidat Les Républicains avait annulé à la dernière minute sa visite au salon de l'agriculture afin de réunir ses proches et de contacter les cadres de son parti. Puis, après l'annonce par plusieurs médias de la mise en garde à vue de Penelope Fillon, finalement démentie, il s'était entretenu avec différents cadres de sa formation politique.

Source: agences

01-03-2017 | 15:32
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut