Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Yémen est menacé par la famine. Selon le Comité international de la Croix-Rouge, il reste quatre mois de réserves tout au plus.

Le Yémen est au bord de la famine avertit le CICR

Le Yémen ne dispose de stocks de vivres que pour deux à quatre mois, ce qui va le placer au bord de la famine alors même que les combats s’intensifient, a déclaré mardi un haut responsable du CICR de retour de ce pays.

Robert Mardini, qui est directeur régional du Comité international de la Croix-Rouge pour le Moyen-Orient, appelle à la levée des restrictions imposées aux importations et à la circulation des marchandises, et se dit inquiet pour le sort de 500 000 personnes vivant dans la ville portuaire de Hodeidah, le conflit se déplaçant vers le nord le long de la côte de la mer Rouge.

Deux à quatre mois de réserves

Les voies d’approvisionnement vers Hodeidah et d’autres villes côtières «commencent à être coupées», a-t-il dit à la presse à Genève. «Si cela advient, cela, bien sûr, ajoutera un fardeau énorme à une portion du territoire yéménite où vivent des millions d’habitants». «En termes de réserves, il y en a pour deux, trois ou quatre mois, je ne sais pas», a-t-il ajouté.

Près de 1 500 enfants soldats recensés par l’ONU

Dans le même contexte, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a indiqué mardi avoir recensé près de 1 500 enfants soldats au Yémen.

«Entre le 26 mars 2015 et le 31 janvier 2017, l’ONU a réussi à vérifier le recrutement de 1 476 enfants, tous des garçons», a indiqué la porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani, ajoutant que ce nombre serait «beaucoup plus élevé car la plupart des familles ne sont pas disposées à parler du recrutement de leurs enfants, par crainte de représailles».

«La semaine dernière, nous avons reçu de nouveaux rapports sur des enfants recrutés sans que les familles le sachent», a ajouté Mme Shamdasani soulignant que des enfants de moins de 18 ans «se mettent souvent à combattre après avoir été trompés ou attirés par des promesses d’avantages financiers ou de statut social».

Elle a rappelé que «le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés sont strictement interdits par le droit international», le recrutement d’enfants de moins de 15 ans pouvant d’ailleurs s’apparenter à «un crime de guerre».

Source : agences et rédaction

01-03-2017 | 10:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut