Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

L’armée syrienne et la Résistance islamique annoncent le début de la libération du jurd de Ersal Sayed al-Houthi à sayed Nasrallah: Le Yémen prêt à aider la Résistance islamique contre «Israël» Maroc: une manifestation interdite vire à l’affrontement, des dizaines de blessés Berlin gèle ses livraisons d’armement à la Turquie (Bild) Séoul exhorte Pyongyang à répondre à sa proposition de dialogue Des entreprises américaines s’opposent aux sanctions antirusses Diplomate russe: les USA remplissent «très mal» leur part de l’accord nucléaire avec l’Iran Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Sept planètes de la taille de la Terre, en orbite autour d'une étoile, ont été découvertes, ont annoncé la Nasa et la revue Nature ce mercredi. Trois d'entre elles seraient même habitables.

La Nasa vient de découvrir 7 planètes de la taille de la Terre.

Des astronomes ont découvert autour d'une étoile naine un système de sept planètes de la taille de la Terre, dont trois d'entre elles pourraient abriter des océans d'eau liquide et donc potentiellement de la vie, a révélé la Nasa lors d'une conférence ce mercredi ainsi qu'une étude publiée dans la revue scientifique Nature.

Situées à 40 années-lumière

Les sept planètes, qui ont des températures proches de celles de la Terre, tournent autour d'une toute petite étoile ultra-froide TRAPPIST-1 située dans notre galaxie, à «seulement» 40 années-lumière de nous.

C'est la première fois qu'un tel système est observé. «À présent, nous avons la bonne cible» pour rechercher la présence de vie éventuelle sur des exoplanètes, a déclaré Amaury Triaud, de l'Université de Cambridge, coauteur de l'étude.

«Vingt ans après les premières exoplanètes, il s'agit sans nul doute d'une des plus grandes découvertes dans le domaine des planètes extrasolaires», a estimé Didier Queloz, de l'Université de Genève, également coauteur de l'étude, ajoutant que: «La recherche du vivant sur une autre planète est aujourd'hui à portée de main».

Des températures moyennes proches des nôtres

L'équipe internationale, dirigée par l'astronome belge Michaël Gillon de l'Université de Liège, avait déjà découvert fin 2015 trois de ces planètes à partir du petit télescope TRAPPIST de l'ESO (Observatoire européen austral) basé au Chili. Le système planétaire a été détecté grâce à la méthode des transits. Elle permet de repérer la présence d'une planète lorsque celle-ci passe devant le disque de son étoile, le passage provoquant une légère baisse de la luminosité.

«Ce qui est surprenant c'est que les sept planètes ont une grande régularité en taille», a déclaré à l'AFP Franck Selsis, chercheur du CNRS à l'Université de Bordeaux, et coauteur de l'étude. Leur rayon est plus ou moins 15% celui de la Terre. Elles ont des insolations et donc des températures moyennes proches des nôtres.  

Six de ces planètes tournent autour de la naine rouge en 1,5 à 20 jours. Elles sont beaucoup plus proches de leur étoile que la Terre du Soleil. Du fait des forces de marée, elles présentent toujours la même face à leur étoile. Les conditions météorologiques y seraient constantes, sans changement de saison, a précisé la Nasa lors d'un livetweet. Les premières indications de masse suggèrent qu'elles sont solides et composées en partie de roches.

200 fois moins de lumière qu'à midi sur la Terre

L'étude de cette suite de planètes va s'intensifier avec le télescope spatial James Webb qui sera lancé par la NASA en 2018. «Il va nous permettre de caractériser les propriétés des atmosphères de ces planètes et peut-être même de trouver des biomarqueurs c'est-à-dire des molécules comme l'eau, l'ozone, le gaz carbonique, le méthane, qui pourraient indiquer qu'il y a de la vie sur ces planètes», a précisé Michaël Gillon.

Le spectacle sur ces planètes doit être «assez beau», selon Amaury Triaud. «Il doit y avoir environ 200 fois moins de lumière qu'à midi sur la Terre». Cela doit ressembler un peu à «la fin d'un coucher de Soleil».

Selon une spécialiste des exoplanètes de la Nasa, «de tous les mondes que nous voyons dans la science-fiction, ces planètes-là sont encore plus extraordinaires».

Source: agences et rédaction

23-02-2017 | 12:17
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut