Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Une Française achète un appareil photo soviétique… et retrouve le garçon des photos qu’il contenait Une ONG affirme que les militaires birmans ont commis des viols contre les Rohingyas Un attentat-suicide perpétré par quatre femmes fait 12 morts au Nigeria Manœuvres aéronavales américano-japonaises, sur fond de tensions avec la Corée du Nord Après accord avec l’Arabie saoudite, Hariri devrait arriver en France «dans les prochains jours» Détention de Hariri : une affaire de dignité nationale, dit le président du Parlement Rohingyas: Washington opposé à des sanctions US contre la Birmanie «pour l’heure» France: le terroriste Mehdi Nemmouche inculpé pour «enlèvement et séquestration» Le prince bin Moqrin a été attaqué par un chasseur saoudien, selon Yediot Aharonot Lavrov : Moscou et Téhéran continueront de coordonner leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le vice-président américain, Mike Pence, est attendu ce week-end en Europe où il cherchera à apaiser des alliés inquiets des déclarations de Donald Trump sur la Russie et l'Otan.

Mike Pence en Europe pour rassurer sur l'engagement américain.

Il devrait à cette occasion réaffirmer l'engagement américain. L'Europe est un «partenaire indispensable» des Etats-Unis, devrait dire Mike Pence à l'occasion de la conférence de Munich sur la sécurité.

Un message qu'il réitérera lors d'entretiens bilatéraux prévus de samedi à lundi avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président ukrainien, Petro Porochenko, et les dirigeants des pays baltes.

«Nous sommes plus en sécurité et plus prospères quand les Etats-Unis et l'Europe sont forts et unis», a déclaré un conseiller du vice-président, qui donnait un aperçu de ce premier déplacement en Europe pour Mike Pence.

Donald Trump, qui a semblé prendre ses distances avec la traditionnelle relation transatlantique pour faire l'éloge du président Vladimir Poutine, a suscité l'inquiétude des chancelleries européennes.

Mike Pence devrait tenir un discours plus apaisant, assurent ses conseillers, et souligner la nécessité d'appliquer les accords de cessez-le-feu de Minsk pour mettre fin au conflit dans l'est de l'Ukraine et maintenir les sanctions économiques imposées à la Russie.

Ses entretiens ne se limiteront pas aux dirigeants européens, puisque le vice-président américain devrait évoquer la lutte antiterroriste avec le président afghan, Ashraf Ghani, et le combat contre les terroristes de «Daech» avec le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, et le Premier ministre turc, Binali Yildirim.

Lundi, à Bruxelles, Mike Pence s'entretiendra avec plusieurs responsables européens et avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Son déplacement intervient toutefois dans un contexte troublé pour la Maison blanche, après la démission lundi du conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn. Choisi pour lui succéder, Robert Harward, vice-amiral de la Navy à la retraite, a décliné l'offre jeudi.

Si les propos apaisants de Mike Pence sont susceptibles d'être bien accueillis, les inquiétudes européennes à l'égard du 45e président des Etats-Unis nécessiteront de plus solides garanties pour être apaisées, estime Derek Chollet, ancien conseiller de Barack Obama en matière de défense.

«Il va essayer d'être rassurant, essayer d'arrondir les angles de certains commentaires du président sur l'Europe, de les replacer dans leur contexte ou de les expliquer, mais je pense que ça ne va pas résoudre le problème», déclare l'ex-conseiller, désormais membre du German Marshall Fund, groupe de promotion américain des relations transatlantiques.

Source: agences et rédaction

17-02-2017 | 15:01
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut