Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Emmanuel Macron, qui était jusqu'à présent resté discret sur les thèmes liés à la sécurité, a levé vendredi une partie du voile sur ses propositions en la matière en insistant notamment sur sa volonté de mettre en œuvre une «tolérance zéro».

France/Présidentielle 2017: Macron investit le terrain de la sécurité.

«Ma politique est celle de la tolérance zéro à l'égard de la délinquance comme de tout excès en termes de violence policière», déclare le candidat d'En Marche! à la présidentielle d'avril-mai dans un entretien au Figaro.

L'ex-ministre de l'Economie rejette cependant la proposition de François Fillon, son concurrent sur sa droite, de fixer la majorité pénale à 16 ans, qu'il qualifie de «manœuvre de diversion», «inefficace et inutile».

L'interpellation violente d'un jeune homme à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), début février, et les incidents qui ont suivi, principalement en région parisienne, ont replacé la sécurité et le rapport à la police au cœur de la campagne.

M. Macron doit visiter ce vendredi un commissariat de police à Carpentras (Vaucluse) avant de rencontrer des pompiers samedi à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) et de tenir meeting à Toulon (Var).

C'est dans ce contexte qu'Emmanuel Macron a choisi de s'exprimer sur la question, lui qui avait pour l'instant proposé de rétablir une police de proximité, sur le modèle de celle créée sous Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy, et de recruter 10.000 policiers et gendarmes.

«Il faut aussi donner les moyens aux policiers d'agir. Par exemple grâce à un nouveau pouvoir d'injonction. Je souhaite que, sous le contrôle du juge, les policiers puissent sans délai interdire à une personne de fréquenter la zone où elle commet ses méfaits», dit-il au Figaro.

«C'est une révolution quotidienne, la fin de la crainte de traverser par exemple un hall d'immeuble tenu par une poignée de voyous», justifie Emmanuel Macron.

Il entend également «libérer du temps d'emploi utile en dégageant les forces de l'ordre de tâches indues», lancer «un plan de numérisation des procédures», ou construire 15.000 places de prison supplémentaires sur le quinquennat.

«Je souhaite supprimer le principe de l'automaticité d'aménagement des peines inférieures à deux ans» car «une peine prononcée doit être exécutée», ajoute-t-il, reprenant mot pour mot une phrase déjà employée par des responsables de droite, comme Nicolas Sarkozy ou Laurent Wauquiez.

Il se dit par ailleurs hostile à la dépénalisation du cannabis.

«Et je souhaite voir rouvrir deux écoles (destinées à la formation des forces de l'ordre) qui ont été fermées sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy», déclare encore Emmanuel Macron, qui poursuit là sa stratégie du «et droite et gauche».

Les sondages réalisés ces dernières semaines placent l'ex-protégé de François Hollande en deuxième position du premier tour de la présidentielle, derrière Marine Le Pen, et en tête d'un duel au second tour contre la présidente du Front national.

Source: agences et rédaction

17-02-2017 | 12:33
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut