Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Une Française achète un appareil photo soviétique… et retrouve le garçon des photos qu’il contenait Une ONG affirme que les militaires birmans ont commis des viols contre les Rohingyas Un attentat-suicide perpétré par quatre femmes fait 12 morts au Nigeria Manœuvres aéronavales américano-japonaises, sur fond de tensions avec la Corée du Nord Après accord avec l’Arabie saoudite, Hariri devrait arriver en France «dans les prochains jours» Détention de Hariri : une affaire de dignité nationale, dit le président du Parlement Rohingyas: Washington opposé à des sanctions US contre la Birmanie «pour l’heure» France: le terroriste Mehdi Nemmouche inculpé pour «enlèvement et séquestration» Le prince bin Moqrin a été attaqué par un chasseur saoudien, selon Yediot Aharonot Lavrov : Moscou et Téhéran continueront de coordonner leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les Etats-Unis pourraient envoyer, pour la première fois, des troupes au sol en Syrie pour combattre le groupe terroriste «Daech», selon un rapport de CNN citant des fonctionnaires de la Défense américaine anonymes.

Les Etats-Unis pourraient envoyer, pour la première fois, des troupes au sol en Syrie pour combattre le groupe terroriste «Daech», selon un rapport de CNN citant des fonctionnaires de la Défense américaine anonymes. «Il est possible qu'on voie prochainement des troupes conventionnelles être déployées au sol en Syrie pendant un certain temps», a indiqué un responsable du Pentagone anonymement à CNN jeudi 16 février. S'il s'agit à priori d'une déclaration forte, elle n'a néanmoins pas été suivie par d'autres précisions. De plus, CNN explique que de nombreux fonctionnaires de la Défense américaine s'exprimant également de façon anonyme auraient affirmé qu'il s'agit uniquement d'un «concept» et non d'une proposition formelle.  D’après CNN, le déploiement de troupes en Syrie serait un signe d’engagement de la part de la nouvelle administration et de James Mattis, nouveau ministre de la Défense qui a fait de la lutte contre «Daech» une priorité. Mattis avait en effet fait savoir à la presse qu’il comptait changer de stratégie par rapport à la précédente administration. Les premières instructions en tant que président de Donald Trump à son secrétaire d'Etat à la Défense ont été d'exiger dans les plus brefs délais la formulation d'une stratégie de lutte contre «Daech», un plan concret devant être dévoilé à la fin du mois de février. Pour le moment, les américains opèrent dans ce pays, mais seulement à travers des Forces d’Opérations Spéciales qui entraînent des groupes armés dits «modérés» qui combattent «Daech» sur le terrain. Des opérations remises en question au moment où certains de ces groupes rejoignent «Al-Qaïda». Le déploiement de troupes américaines sur le sol syrien pourrait ne pas gêner le président syrien, Bachar al-Assad. Lors de son dernière interview avec Yahoo News, il avait déclaré : «si les Américains sont sérieux, bien sûr qu’ils sont les bienvenus comme n’importe quel pays qui veut combattre le terrorisme. Bien sûr, sans aucune hésitation, nous pouvons dire cela». Dans son interview, Assad avait salué la présence des troupes russes sur son sol, martelant que les Russes étaient sérieux sur la question de la lutte contre le terrorisme. «Nous avons invité les Russes, parce que les Russes étaient sérieux sur cette question», a-t-il dit. CNN rapporte également que Donald Trump pourrait fortement augmenter la présence militaire américaine en Irak. La limite, qui pourrait être supprimée, est actuellement fixée à 5 262 soldats, sans compter les affectations temporaires. Actuellement, 5 155 soldats américains sont présents sur le sol irakien. Source : agences et rédaction

«Il est possible qu'on voie prochainement des troupes conventionnelles être déployées au sol en Syrie pendant un certain temps», a indiqué un responsable du Pentagone anonymement à CNN jeudi 16 février. S'il s'agit à priori d'une déclaration forte, elle n'a néanmoins pas été suivie par d'autres précisions. De plus, CNN explique que de nombreux fonctionnaires de la Défense américaine s'exprimant également de façon anonyme auraient affirmé qu'il s'agit uniquement d'un «concept» et non d'une proposition formelle.

D’après CNN, le déploiement de troupes en Syrie serait un signe d’engagement de la part de la nouvelle administration et de James Mattis, nouveau ministre de la Défense qui a fait de la lutte contre «Daech» une priorité. Mattis avait en effet fait savoir à la presse qu’il comptait changer de stratégie par rapport à la précédente administration.

Les premières instructions en tant que président de Donald Trump à son secrétaire d'Etat à la Défense ont été d'exiger dans les plus brefs délais la formulation d'une stratégie de lutte contre «Daech», un plan concret devant être dévoilé à la fin du mois de février.

Pour le moment, les américains opèrent dans ce pays, mais seulement à travers des Forces d’Opérations Spéciales qui entraînent des groupes armés dits «modérés» qui combattent «Daech» sur le terrain. Des opérations remises en question au moment où certains de ces groupes rejoignent «Al-Qaïda».

Le déploiement de troupes américaines sur le sol syrien pourrait ne pas gêner le président syrien, Bachar al-Assad. Lors de son dernière interview avec Yahoo News, il avait déclaré : «si les Américains sont sérieux, bien sûr qu’ils sont les bienvenus comme n’importe quel pays qui veut combattre le terrorisme. Bien sûr, sans aucune hésitation, nous pouvons dire cela».

Dans son interview, Assad avait salué la présence des troupes russes sur son sol, martelant que les Russes étaient sérieux sur la question de la lutte contre le terrorisme. «Nous avons invité les Russes, parce que les Russes étaient sérieux sur cette question», a-t-il dit.

CNN rapporte également que Donald Trump pourrait fortement augmenter la présence militaire américaine en Irak. La limite, qui pourrait être supprimée, est actuellement fixée à 5 262 soldats, sans compter les affectations temporaires. Actuellement, 5 155 soldats américains sont présents sur le sol irakien.

Source : agences et rédaction

17-02-2017 | 10:09

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut