Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: «Ce qui se passe aujourd’hui est un signe annonciateur de la victoire définitive» Un cadeau précieux... fait avec amour Attentat déjoué à La Mecque: l’Iran condamne, se dit prêt à coopérer Philippines: le chef du groupe «Daech» aurait fui Marawi, selon l’armée L’ONU rejette les accusations d’«Israël» sur le Hezbollah maquillé en ONG La Russie a intercepté 14 avions étrangers près de ses frontières cette semaine (rapport) Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d’êtres humains Arabie saoudite: Le prince des fiascos veut devenir roi Centres de torture au Yémen : les Etats-Unis auraient leurs entrées Le Hezbollah condamne l’attentat déjoué à La Mecque: la pensée criminelle touche tout le monde sans discrimination Cinq tours à Londres évacuées immédiatement pour risques d’incendie Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le nombre de groupes haineux anti-musulmans a presque triplé l'année dernière aux États-Unis, selon un nouveau rapport du Southern Poverty Law Centre, un organisme qui surveille les activités des groupes extrémistes, publié mercredi.

USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016

Selon l'enquête, le nombre de groupes anti-musulmans est passé de 34 en 2015 à 101 en 2016.

Dans les 10 jours qui ont suivi la victoire de Trump le 8 novembre, le Southern Poverty Law Center avait dénombré 867 incidents racistes aux Etats-Unis, dont 100 à caractère antisémite.

Pour le SPLC, c'est «la rhétorique incendiaire» employée durant sa campagne par Donald Trump, lequel menaçait notamment d'interdire l'entrée d'immigrants musulmans aux États-Unis, qui est la cause de cette explosion, ainsi que la colère qu'a suscitée la fusillade dans une boîte de nuit à Orlando en juin dernier.

Selon Mark Potok, principal auteur du rapport, plusieurs hauts fonctionnaires de la Maison Blanche, comme Steve Bannon, Steven Miller et Kellyanne Conway, sont de sérieux «idéologues anti-musulmans».

«Ce n'est pas comme si le départ de Michael Flynn allait atténuer l'offensive vraiment sérieuse dirigée contre les musulmans américains», a ajouté Potok. L'ancien conseiller de sécurité nationale, qui a démissionné lundi, avait fait plusieurs déclarations contre les musulmans, y compris un message Twitter suggérant que la peur des musulmans est rationnelle».

Dans le même temps, la campagne de Trump a peut-être également éparpillé l'énergie des rassemblements extrémistes indépendants, selon le rapport.

«Nous pensons que Trump a coopté bon nombre des questions de la droite radicale, ce qui pu empêcher, ou au moins ralentir la croissance de ces groupes», a déclaré Potok.

Par ailleurs, le nombre de groupes haineux suivis par le SPLC est passé de 892 en 2015 à 917 en 2016, indique le rapport.

Les groupes considérés comme haineux sont ceux qui diffament des individus ou des groupes sur la base de caractéristiques comme l'appartenance ethnique, selon les critères du SPLC.

Si le nombre de groupes liés au Ku Klux Klan a baissé, passant de 190 en 2015 à 130 en 2016, il est toujours loin des 72 que le SPLC avait recensés en 2014.

Source: agences

16-02-2017 | 15:17
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut