Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Une Française achète un appareil photo soviétique… et retrouve le garçon des photos qu’il contenait Une ONG affirme que les militaires birmans ont commis des viols contre les Rohingyas Un attentat-suicide perpétré par quatre femmes fait 12 morts au Nigeria Manœuvres aéronavales américano-japonaises, sur fond de tensions avec la Corée du Nord Après accord avec l’Arabie saoudite, Hariri devrait arriver en France «dans les prochains jours» Détention de Hariri : une affaire de dignité nationale, dit le président du Parlement Rohingyas: Washington opposé à des sanctions US contre la Birmanie «pour l’heure» France: le terroriste Mehdi Nemmouche inculpé pour «enlèvement et séquestration» Le prince bin Moqrin a été attaqué par un chasseur saoudien, selon Yediot Aharonot Lavrov : Moscou et Téhéran continueront de coordonner leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un groupe armé centrafricain, issue de l'ex-rébellion séléka, a assassiné en décembre 32 civils dans une localité du centre du pays, a dénoncé jeudi l'organisation de défense des droits de l'homme HRW, qualifiant ces exécutions de «crimes de guerre».

Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d'un groupe armé

«Dans la ville de Bakala, le 12 décembre (2016 ndlr), des rebelles de l'Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) ont exécuté 25 personnes qui avaient été convoquées dans une école pour ce qu'elles croyaient être une réunion», indique un communiqué de Human Rights Watch (HRW).

«Plus tôt ce jour-là, un groupe de combattants de l'UPC avait également détenu et exécuté sept hommes qui revenaient d'une mine d'or à proximité», ajoute l'organisation.

«Ces exécutions sont des crimes de guerre flagrants commis par des combattants de l'UPC qui se sentent libres de tuer à volonté», accuse HRW. «Ce groupe commet des meurtres sans crainte de punition malgré la présence de forces de maintien de la paix des Nations unies» (Minusca), ajoute l'organisation.

Bakala est située dans la préfecture de la Ouaka (centre), où des affrontements meurtriers opposent régulièrement des factions rivales de l'ex-séléka, près de la ville de Bambari.

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par la rébellion Séléka. La contre-offensive des anti-balaka, a provoqué des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

L'intervention de la France et des Nations unies a ensuite permis la fin des massacres de masse, l'élection d'un nouveau président et le retour d'un calme relatif dans la capitale Bangui. Mais des groupes armés maintiennent une insécurité permanente dans plusieurs régions du pays.

Selon les circonstances et leurs intérêts locaux (contrôle de mines, racket routier, vol de bétail,...), les groupes issus de l'ex-séléka peuvent s'allier, se combattre, voire nouer des alliances provisoires avec des groupes anti-balaka.

Début février, l'experte indépendante des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Centrafrique, Marie-Thérèse Keita-Bocoum, avait déploré que «les groupes armés règnent en maître sur plus de 60% du territoire, bénéficiant d'une totale impunité. Ils se substituent à l'appareil judiciaire, et terrifient la population».

Mercredi, le président centrafricain Faustin Archange Touadéra a nommé le procureur de la cour pénale spéciale de Centrafrique, a indiqué la Minusca dans un communiqué.

Une fois opérationnelle, cette cour, créée en 2015, sera chargée de traduire en justice les responsables des multiples exactions perpétrées depuis des années en Centrafrique.

Source: agences

16-02-2017 | 14:27
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut