Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire iranien: Téhéran refuse toute nouvelle «condition» Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à Hébron, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» L’UE réaffirme son soutien à l’accord iranien Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Pyongyang pose ses conditions pour renoncer aux armes nucléaires Un poste de police attaqué par des kamikazes en Afghanistan Brexit: l’UE espère des progrès significatifs d’ici décembre USA: les incendies ont fait 17 morts dans le nord de la Californie Le président de Catalogne a signé une déclaration d’indépendance mais la suspend L’ONU réclame à nouveau la fin de la guerre au Yémen Erdogan s’endort lors de sa conférence de presse avec Porochenko Qui participera à la prochaine guerre entre «Israël» et le Hezbollah ? Syrie: l’armée entre à Mayadine, un des derniers fiefs de «Daech» Pyongyang prêt à tester un missile «capable d’atteindre la côte ouest US» Nigeria: un «effort collectif» nécessaire contre «Boko Haram», dit le chef de l’armée Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> LE HEZBOLLAH >> SG >> Discours complets

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'équipe du site

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours par vidéo-conférence à l'occasion du décès d'un responsable du Hezbollah, cheikh Hussein Obeid. Dans ce discours il a déclaré entre autre:

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah

"Nous éprouvons une grande tristesse pour la perte de ce cher ami. Un jour nous serons tous des morts, malgré ceci nous vivons comme si nous ne mourrons jamais. Nous devons nous préparer pour notre départ définitif. 

Cheikh Hussein Obeid était l'un des premiers responsables du Hezbollah. Il a défendu le projet de la résistance jusqu'à son dernier souffle. Il ne craignait ni les critiques ni les intimidations. Il se déplaçait d'un village à un autre et d'un camp militaire de la résistance à un autre pour orienter les gens sur le chemin de la foi et de clairvoyance, mais aussi pour régler les différends entre les gens.

Je l'ai connu depuis que j'avais 18 ans. Ma première rencontre avec cheikh Obeid fut au domicile de Sayed Abbas Moussaoui. J'ai été attiré par sa personnalité, par son visage illuminé. Il était comme un père, un guide qui nous inspirait sur le devenir de la résistance et ses exploits.

Cette résistance a été créée par un groupe d'oulémas, d'élites, dont cheikh Obeid. En 1982, ce grand groupe a choisi neuf personnes par des élections, pour former le comité institutionnel du Hezbollah. Ces neuf personnes étaient chargées de visiter l'Iran et de rencontrer l'imam Khomeiny, pour lui prêter allégeance, lui qui représentait l'espoir des opprimés dans le monde. De plus, ce groupe de commandants a voulu obtenir le permis religieux d'entamer l'action du jihad.

Nous, en tant que croyants, sommes obligés de recevoir la bénédiction de l'imam Khomeiny pour lancer l'acte de la résistance. Dieu a réalisé les rêves des prophètes aux mains de l'imam Khomeiny.  

L'une de ces neuf personnes était Sayed Abbas Moussaoui, et l'autre était cheikh Hussein Obeid. Donc, Cheikh Obeid avait l'honneur de contribuer à la genèse du Hezbollah. Il était toujours prêt au sacrifice, il n'a jamais aspiré à une quelconque récompense. Il considérait que toute sa vie est au service de la voie de cette résistance. Que Dieu ait pitié de l'âme de notre cher cheikh, et qu'il le place aux côtés de ses messagers.

Le Hezbollah pour tout cessez-le-feu en Syrie

Je parlerai d'Israël, du Yémen, de la Palestine et de conjoncture régionale et internationale à jeudi prochain. Je me contenterai aujourd'hui du dossier libanais et syrien.

Sur la question syrienne, je voudrais dire que certains médias prétendent que le Hezbollah s'oppose au cessez-le-feu en Syrie dans le cadre de la conférence d'Astana. Le Hezbollah soutient fortement tout cessez-le-feu en Syrie, parce que nous sommes pour l'adoption de toutes les mesures pouvant mettre fin au bain de sang en Syrie et donner une chance à la réconciliation. Ces médias, et derrière eux les pays du Golfe qui les soutiennent, oeuvrent eux-mêmes pour saboter le cessez-le-feu en poursuivant l'aide aux groupes terroristes.

Ils nous accusent d'être opposés aux réconciliations dans toutes les régions syriennes. La vérité est tout à fait le contraire. Nous sommes avec toute mesure d'accalmie. Nous tenons, à travers des pays influents dans la région et notre communication avec l'administration syrienne, à régler le problème de Kafariya et Fouaa, Zabadani et Madaya.

On nous accuse de chercher à faire des modifications démographiques en Syrie. Ce ne sont que des mensonges. Que les missions internationales et arabes viennent voir sur le terrain en Syrie pour constater qu'il n'y a pas eu de changement démographique dans le pays.

 Dans la plupart des villes syriennes, la vie est retournée à la normale. Aujourd'hui, nous devons passer à chercher des solutions à la crise des déplacés syriens, sans nous taxer de confessionnalisme. D'une part, les Libanais doivent traiter avec les Syriens d'une façon humaine, et de l'autre, nous ne devons aucunement exploiter leur présence pour des fins personnelles ou politiques.

Que doit-on faire dans ce cas? Attendre les aides internationales insuffisantes? La meilleure option est d'aider les réfugiés à regagner leur pays, notamment dans les régions sûres.

Nous devons convaincre ces réfugiés de rentrer chez eux et non pas de les obliger par la force. On va nous dire que ceux-ci craignent le retour en Syrie. Pourtant, l'Etat syrien est en train de se réconcilier avec ceux qui l'ont combattu pendant des années.

Le gouvernement libanais doit agir en ce sens, doit communiquer avec le gouvernement syrien pour trouver une issue à cette question cruciale. On communique avec l'ennemi des fois pour des raisons humaines, que ce contact soit direct ou indirect.

Nous, au Hezbollah, sommes prêts à être au service du gouvernement libanais s'il décide de prendre en charge avec responsabilité ce dossier.

Les effets positifs des exploits à Alep

Les exploits à Alep ont eu des résultats très importants. Parmi eux, on cite le début de contact avec des groupes rebelles sur le terrain, à l'exception de Daech et al-Nosra. Cet exploit a pavé la voie au dialogue politique entre l'Etat syrien et certains groupes. La situation en Syrie a radicalement changé. Il y a six ans, on complotait pour renverser le pouvoir en Syrie et pour permettre aux terroristes de contrôler le pays. Les groupes takfiristes sont aujourd'hui désespérés. Ils ne contrôlent que des zones désertiques.

 Actuellement, les pays qui ont tant soutenu les terroristes, ont changé leur politique. Ils viennent après six ans à combattre les terroristes que nous avons combattus depuis six ans auparavant. L'effort essentiel dans ce changement de la situation en Syrie revient au peuple syrien et au pouvoir syrien, à leur ténacité, à leur résistance. L'aide de la Russie, de l'Iran et du Hezbollah est cruciale, mais le facteur primordial est la résistance du peuple syrien.

Au Liban: stabilité politique et sécuritaire

Au Liban, nous jouissons d'une certaine stabilité politique et sécuritaire. La plus importante échéance politique au Liban est de mener les élections dans leur délai. Ceci provoque des débats sur la loi électorale. Nous, au Hezbollah, ainsi que le mouvement Amal, soutenons la proportionnelle. Nous sommes tous unanimes à trouver une loi juste qui permet une représentativité équitable à toutes les forces.

Quant à la stabilité sécuritaire, nous en tant que Libanais, devons remercier Dieu pour cette grâce, qui est celle de la sécurité. Attachez-vous à cette grâce et ne la négligez pas. Dans ce contexte, nous saluons les exploits du commandement de l'armée libanaise, des renseignements libanais, et de l'entente des forces politiques.  Je voudrais parler des incidents sécuritaires dans la Békaa. A chaque fois qu'un enlèvement a lieu, certains médias s'attellent à porter atteinte à la population de la Békaa, connue pour être partisane de la résistance.

Les élites et les chefs de tribus appellent l'Etat à prendre en main le dossier sécuritaire dans la Békaa, à condition que les services sécuritaires agissent en respectant ses limites. La population doit coopérer avec les services de sécurité. Tout le monde est responsable de la sécurité du pays, ce n'est pas seulement le rôle de l'Etat. Nous devons alerter nos jeunes et leur parler.

L'Etat doit aussi jouer son rôle dans le secteur développemental. Au sujet du budget annuel, dont le gouvernement débattra la semaine prochaine… je voudrais dire franchement que le Hezbollah rejette toutes nouvelles taxes sur le peuple. Ce peuple dont la moitié s'est appauvri. L'Etat peut prendre une décision politique courageuse pour freiner la corruption et le gaspillage de l'argent. Le peuple ne peut supporter de nouveaux impôts.

Nous sommes optimistes de l'arrivée de Trump

Dernier mot sur les allégations médiatiques comme quoi le Hezbollah craint l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. Mais quelle est la nouveauté dans ce sujet? Ce qui est nouveau c'est qu'Obama couvrait sa véritable face en montrant un sourire hypocrite, en complotant contre l'Islam, en créant Daech. Dans ce cas, nous remercions Trump parce qu'il nous montre la véritable image des Etats-Unis.

Mais prétendre que le Hezbollah a peur, je vous le confirme: cette accusation est révolue, c'est quelque chose du passé. Dans les années 80 du siècle dernier, on craignait parce que nous étions un petit groupe sans moyens. Mais avec le temps, notre force a grandi nettement et l'imam Khomeiny avait promis une victoire imminente aux neuf dirigeants du Hezbollah. Ni Georges Bush, ni ses parents, ni Obama et ses parents, ni Trump ni autre… ne peuvent entamer notre moral ni nous faire peur.

Bref, nous sommes optimistes face à la prise du pouvoir à Washington par un stupide comme Trump. Ceci est un indice de la prochaine victoire des opprimés du monde.

Source : French.alahednews

12-02-2017 | 18:16

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut