Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Les médecins révèlent le lien entre la teinture des cheveux et le cancer Le président libanais prône «le retour en toute sécurité» des déplacés syriens Bahreïn négocie l’achat de S-400 russes Des avions israéliens bombardent une batterie de missiles en Syrie Interview de Macron: 61% des Français «pas convaincus» par la prestation du président Par leur décision sur l’Iran, les USA démontrent leur instabilité dans les négociations Les sanctions américaines: un vulgaire acte de vengeance Blair: «J’ai commis l’irréparable en cédant aux pressions d’Israël» Moscou : la coalition ménage «al-Nosra» pour renverser Assad Le leader catalan propose une rencontre au Premier ministre espagnol Moscou: les raids de la coalition à Raqqa n’ont apporté pour le moment que des milliers de victimes Exercices conjoints de Séoul et Washington au large de la Corée Les forces irakiennes prennent aux Kurdes la principale base militaire dans la province de Kirkouk Pyongyang : Nos programmes nucléaires sont destinés à nous protéger de la destruction Nucléaire: pour Téhéran, le discours de Trump viole l’accord Somalie: 276 morts et 300 blessés dans l’attentat de samedi à Mogadiscio Maroc: démantèlement d’une «cellule terroriste» liée à «Daech» Les Saoudiennes veulent aussi conduire des taxis La cause de la mort prématurée de centaines de milliers d’Européens dévoilée Le refus de délivrer des visas US à des militaires russes inacceptable pour Moscou Rohingyas: Annan pousse l’ONU à faire pression pour un retour des réfugiés Erdogan: la Turquie «n’a pas besoin» de l’UE La Française Audrey Azoulay devient la nouvelle «patronne» de l’Unesco Syrie : une offensive terroriste massive brisée par l’armée près de la frontière irakienne La saison des ouragans n’est pas terminée, Ophelia se rapproche de l’Europe Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La tradition des clichés  où l'enfance cristallise les tragédies humaines est souvent présente dans les médias. Ces photos sont censées éveiller les consciences. L’on se demande qui a le droit de qualifier de grave tel ou tel cas où l’enfance et l’innocence sont attaquées ? Quelle tragédie est plus grave de celle que vit l’enfance yéménite, le pays étant sous un blocus total et l’offensive saoudienne n’épargnant personne. Pourquoi alors ne pas diffuser ceci dans les médias ?

Photos de guerre: entre Aylan et Ichraq, qui qualifie de grave les tragédies de l’enfance ?

En effet la photo permet de figer des images dans le temps, pour le meilleur ou pour le pire. Et de nos jours elle est sans doute exploitée politiquement. Le fait de mener une campagne médiatique à la base d’une photo et non d’une autre reflète un double-jeu de la part des médias.

Ainsi la photo d’Aylan Kurdi a fait le tour du monde et ému les lecteurs et les internautes. Par contre un nombre limité de personnes observent et défendent les enfants yéménites qui subissent chaque jour les cruautés d’une coalition arabe sous commandement saoudien.

Dans une interview au site d’Alahednews, dr Abbas Mzannar, professeur à la faculté d'information et de documentation à l’Université libanaise, et expert dans l’image médiatique, a souligné que le black-out imposé par les médias occidentaux sur les photos d’enfants yéménites victimes de l’offensive saoudienne, notamment Ichraq Almoafa tuée dans le bombardement contre l’école de Nihm le 10 janvier, est un moyen de camoufler le côté humain dans cette guerre farouche afin de garder dans l'ombre les cruautés saoudiennes soutenues par les Américains.

Selon dr. Mzannar, les USA tentent d’améliorer leur image, devenue horrible, dans le monde. Ils veulent cacher les massacres de civils et d’enfants et les destructions au Yémen.  D’ailleurs la coalition internationale et les USA ont entravé la libération de Mossoul sans leur intervention.

«Le Yémen est un cas exceptionnel. Ce qui arrive au Yémen n’a lieu nulle part. Le Yémen et son peuple ont présenté un modèle de persévérance et de ténacité. Ce qui arrive dans ce pays ressemble à un miracle. Il y a près de deux ans au début de l'offensive, et ils tiennent bon. En effet les ennemis du pays veulent détruire ce modèle. Ils veulent le briser parce qu’il renforce l’axe de la Résistance. Ils ont tenté de faire de même jadis, en 2006 (avec la guerre israélienne contre le Liban et le Hezbollah). L'objectif annoncé était d'imposer la dissuasion, et ils ont échoué. Puis dans les années 2008-2009, 2012, 2014 dans la guerre contre Gaza, et ils ont échoué aussi».

Et de poursuivre : «Cette guerre médiatique contre le Yémen a lieu parce que le modèle yéménite est un modèle qui pourrait être suivi. On fait ce black-out parce qu’on ne veut pas que la guerre s’arrête. Lorsque les images humaines frappantes apparaissent, les guerres s’arrêtent. Tel était le cas du massacre israélien à Qana (Liban-sud), quand les photos de victimes ont été diffusées il y a eu un cessez-le-feu. […] L’opinion publique est importante, les peuples ont un grand rôle mais malheureusement ils sont leurrés de la part de l’universalisation médiatique».

L’expert souligne qu’un grand nombre de photos au Yémen n’a pas été diffusé. D’autre part, des photos du conflit en Syrie ont été fabriquées. C’est une «diversion délibérée». Nous remarquons que le côté humain apparait tout de suite lorsque l’aviation russe et l’armée syrienne mènent une offensive, mais n’apparait pas quand l’aviation américaine bombarde en Irak.

D’après dr. Mzannar, ils s’agit d’une guerre contre le vrai islam et l’axe de la Résistance (les Hachd al-Chaabi, le Hezbollah, Ansarullah). Les ennemis veulent défigurer l’Islam et répandre l’idéologie extrémiste sanglante. Par exemple des photos montrent des enfants-soldats, des vidéos montrant des scènes de décapitation après la récitation de versets coraniques. Par ailleurs ces ennemis oeuvrent pour changer l’identité des peuples, ils focalisent alors sur l’Islam défiguré afin de fragmenter la région en plusieurs confessions, communautés et ethnies.

Le professeur a indiqué que les médias doivent montrer la véritable réalité des agresseurs qui tuent et massacrent. Ce type de photos a été utilisé en Syrie et en Irak.

Et d’ajouter : «Les médias sociaux contribuent à cette nouvelle guerre dont a parlé Chomsky sous le titre d’’humanisation de la force agressive’. L'Otan procède de cette façon. On l’utilise avec Daech pour monter l’opinion publique contre l’Islam. On fait une mondialisation des photos et les politiciens exploitent ces photos.

Et donc la photo de la fille yéménite (tuée près de son école) est interdite de diffusion (parce qu’elle condamne l’Arabie saoudite et ses alliés). Par contre d’autres photos sont largement diffusées et d’autres sont fabriquées (pour diaboliser l’Islam et l’axe de la Résistance), conclut l’expert.

Source: french.alahednews

17-01-2017 | 10:50
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut