Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Bahreïn a intensifié la répression contre les activistes et les opposants au gouvernement en 2016, affirme Human Rights Watch dans son Rapport mondial 2017. Le gouvernement a dissous le principal groupe d’opposition politique et poursuivi plusieurs éminents défenseurs des droits humains et dignitaires chiites.

Bahreïn: Répression accrue en 2016 à l’encontre des activistes

Les autorités ont également empêché de nombreux activistes de quitter le pays et ont expulsé six Bahreïniens, dont un avocat des droits de l’homme, après les avoir arbitrairement déchus de leur nationalité. Cette répression orchestrée du droit à la liberté d’expression et du droit de réunion et d’association illustre une sérieuse détérioration de la situation des droits humains, qui compromet davantage encore les perspectives d’une solution politique aux troubles intérieurs de Bahreïn.

«Pendant des années, les autorités bahreïnies ont étouffé la société civile bahreïnienne, mais en 2016 elles ont manifesté leur intention de couper complètement l’oxygène», a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient de Human Rights Watch. «La stabilité à long terme du Bahreïn dépend d’un processus de réforme politique qui respecte mieux les droits humains fondamentaux qui sont au cœur de la société, mais pour l’heure c’est malheureusement l’inverse qui se produit.»

En novembre 2016, les autorités ont accusé Ibrahim Sharif, un militant politique de premier plan, d’«incitation à la haine du système politique» suite à des critiques adressées au gouvernement, et à sa dénonciation d’une visite d’état du prince Charles de Grande-Bretagne au Bahreïn. Nabeel Rajab est en détention depuis le mois de juin et risque 15 ans de prison pour plusieurs chefs d’accusations, parmi lesquelles ses critiques sur la participation du Bahreïn aux opérations militaires menées par l’Arabie saoudite au Yémen. Une autre activiste, Zainab al-Khawaja, a été détenue pendant trois mois en mars pour quatre condamnations qui ont violé son droit à la liberté d’expression, et dont l’une a donné lieu à un procès inéquitable. Après sa libération, elle a quitté le Bahreïn pour le Danemark, dont elle possède également la nationalité.

En mai, la Haute Cour d’Appel du Bahreïn a plus que doublé la peine d’emprisonnement de Sheikh Ali Salman, le secrétaire général d’al-Wifaq, le principal groupe d’opposition du pays – peine qui est aujourd’hui fixée à neuf ans de prison. Cette décision est intervenue malgré une décision d’acquittement du tribunal de première instance devant lequel Sheikh Ali Salman avait été jugé pour avoir préconisé le renversement par la force du gouvernement, et en dépit de preuves convaincantes du caractère injuste de son premier procès.

En juin, un tribunal bahreïni a ordonné la fermeture du siège d’Al-Wifaq et la suspension de ses activités, et confisqué ses fonds. En juin, les autorités ont arbitrairement déchu de sa nationalité le chef spirituel d’al-Wifaq, Sheikh Isa Qasim. En réponse à une manifestation contre cette décision, les autorités ont lancé une campagne de harcèlement contre les religieux chiites.

De manière arbitraire, les autorités ont interdit de voyager à des dizaines de personnes qui avaient critiqué les violations des droits humains. Parmi eux figure notamment Nedal al-Salman, du Centre bahreïni pour les droits de l’homme, qui a été empêché de participer à une réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève en septembre.

Les autorités bahreïniennes devraient redynamiser un processus de réforme politique en panne en revenant sur la dissolution du groupe al-Wifaq, en libérant les principaux prisonniers politiques du pays et en mettant fin au harcèlement des activistes, a déclaré Human Rights Watch.

Source : www.hrw.org

13-01-2017 | 14:22
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut