Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Jurd de Ersal: la Résistance poursuit son avancée, s’empare de la ligne de défense principale d’«al-Nosra» Egypte: peines de mort contre 28 personnes pour le meurtre du procureur général Pourquoi le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a-t-il démissionné? Une adolescente allemande recrutée par «Daech» arrêtée à Mossoul en Irak Syrie: accord Moscou/extrémistes pour sécuriser l’enclave de la Ghouta Iran: le début de la production de Sayyad-3, nouveau missile de défense antiaérienne La présence des États-Unis en Syrie est illégitime, dit un général US Renseignement US: Pyongyang en passe de devenir une véritable puissance nucléaire Pour Damas, la «coalition illégitime» menée par les USA devra payer pour la destruction de la Syrie Egypte: les forces armées tuent 30 extrémistes dans le Sinaï Les attaques contre Al Aqsa Les travaux de reconstruction de la ville syrienne de Resafa ont commencé Interpol dévoile les noms des 173 kamikazes de «Daech» les plus dangereux pour l’Europe Yémen: 20 civils tués par un bombardement saoudien visant Taëz Crise du Golfe: l’émir du Qatar se dit prêt au dialogue sous conditions Seize policiers afghans perdent la vie dans un bombardement américain Première étape de la bataille du jurd de Ersal: effet de surprise et avancée rapide... La bataille du jurd de Ersal en images Le choléra de Salmane Grand embarras: Netanyahu s’indigne contre l’UE en croyant son micro éteint Réorganisation des services de sécurité en Arabie saoudite Selon Ankara, l’Allemagne est «le principal» refuge pour les terroristes Washington va interdire les voyages en Corée du Nord L’épidémie de choléra au Yémen est la pire enregistrée en une seule année Netanyahou et le ministre des AE des EAU se sont rencontrés à New York en 2012 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’opposant bahreïni Nabil Rajab, qui obtenu sa libération dans le cadre d’une des poursuites à son encontre, restera en détention, mis en cause dans une affaire de «cybercriminalité» liée à «la propagation de fausses informations sur la situation dans le royaume».

Faux espoir pour Nabil Rajab: Bahreïn maintient l'opposant en détention

M. Rajab, 52 ans, «restera en prison» pour une affaire de cybercriminalité liée à la «propagation de fausses informations sur la situation dans le royaume» de Bahreïn «jusqu'à ce que l'enquête soit terminée», a indiqué le procureur en chef Mohammed Salah, cité par l'agence de presse officielle BNA.

Adam, le fils de l'opposant, s'est insurgé contre cette décision. «C'est triste, mon père ne sera pas libéré. Ces oppresseurs ont déjà une autre affaire toute prête pour lui. Ils ne veulent pas qu'il sorte».

Nabil Rajab, défenseur des droits de l'Homme connu à travers le monde, souffre de problèmes de santé notamment cardiaques.

Figure de proue de l'opposition et déjà emprisonné dans le passé, Nabil Rajab avait été arrêté le 13 juin pour cette affaire de tweets critiquant l'intervention de pays du Golfe dans la guerre au Yémen.

Des audiences reportées à plusieurs reprises

Il y a deux semaines, le célèbre opposant avait vu son procès pour «insulte aux autorités bahreïnies et saoudiennes» être de nouveau décalé, après de précédents reports en juillet et en octobre. Le tribunal de Manama avait notamment expliqué ces décisions en expliquant attendre le rapport d’expertise sur «qui gère le compte Twitter» de l’opposant durant son incarcération. C’est sur ce compte que les «insultes» alléguées ont été tenues : il avait critiqué dans plusieurs messages les frappes aériennes saoudiennes au Yémen, qui visent des hôpitaux, des écoles, provoquant la mort de nombreuses victimes civiles,

En plus de ces «insultes», Nabeel Rajab est également poursuivi pour avoir écrit en 2015, depuis sa cellule une lettre ouverte publiée dans le «New York Times», dans laquelle il dénonce des actes de "torture" à la prison de Jaw à Bahreïn.

«Il y a quelques 4000 prisonniers politiques au Bahreïn, qui a le plus haut taux de prisonniers par personne au Moyen-Orient. C’est un pays qui a emprisonné, torturé et même tué son peuple pour avoir osé demander la démocratie. Mon collègue Abdulahdi al-Khawaja a été torturé et condamné à la prison à vie en 2011 pour son travail en faveur des droits de l’Homme», a-t-il écrit.

De nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, s'étaient mobilisées ces dernières semaines pour obtenir la libération de M. Rajab, cofondateur et président du Bahrain Center for Human Rights (GCHR).

Source : agences et rédaction

29-12-2016 | 08:43
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut