Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

L’armée syrienne et la Résistance islamique annoncent le début de la libération du jurd de Ersal Sayed al-Houthi à sayed Nasrallah: Le Yémen prêt à aider la Résistance islamique contre «Israël» Maroc: une manifestation interdite vire à l’affrontement, des dizaines de blessés Berlin gèle ses livraisons d’armement à la Turquie (Bild) Séoul exhorte Pyongyang à répondre à sa proposition de dialogue Des entreprises américaines s’opposent aux sanctions antirusses Diplomate russe: les USA remplissent «très mal» leur part de l’accord nucléaire avec l’Iran Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'ONG Amnesty international a appelé dimanche 18 décembre les autorités algériennes à adopter une loi sur l'asile et à ouvrir une enquête sur «les expulsions arbitraires» de migrants subsahariens début décembre, selon un communiqué.

Amnesty appelle à l'adoption d'une loi sur l'asile en Algérie

«Les autorités algériennes doivent dépénaliser l'immigration irrégulière, adopter une loi sur l'asile et lutter contre les propos racistes anti-subsahariens dans le pays», a déclaré l'ONG à l'occasion de la journée internationale des migrants. Amnesty précise que le projet de loi sur le droit d'asile se fait attendre depuis cinq ans.

L'Algérie est devenue ces dernières années une destination privilégiée pour des milliers de ressortissants subsahariens qui y arrivent parfois par familles entières. La loi algérienne pénalise l'immigration irrégulière et prévoit la prison pour toute personne qui aiderait des migrants en situation irrégulière.

Les autorités algériennes sont accusées d'avoir fait usage de la violence lors de l'expulsion début décembre de migrants africains. Samedi, le ministère des Affaires étrangères a lui assuré que ces opérations s'étaient déroulées «dans le respect des droits humains».

Amnesty appelle Alger «à lever immédiatement le blocus sur les migrants, réfugiés et demandeurs d'asile à Tamanrasset (ville frontalière du sud) et à ouvrir une enquête prompte et impartiale» sur les expulsions arbitraires qui y ont eu lieu.

Selon le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) de Tamanrasset (2.000 km au sud d'Alger), plus de 1.000 Subsahariens arrivent chaque mois dans cette ville avant de rejoindre les grandes villes du Nord. Ils sont généralement arrêtés dans ces villes puis transférés jusqu'à un centre d'accueil à Tamanrasset avant d'être reconduits vers leurs pays respectifs.

Source : AFP

19-12-2016 | 10:00
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut