Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Rawaa Qassem

La défaite de l'ancien président français Nicolas Sarkozy et son échec à devenir un candidat de la droite et des partis centristes dans les prochaines élections présidentielles françaises, a enchanté un grand nombre des parties des pays du Maghreb arabe, en particulier l'Algérie. Ces parties ont exprimé explicitement leur refus de tisser des relations avec celui qui a contribué à ramener le «chaos créatif» dans la région causant la destruction de plusieurs pays sous prétexte du soi-disant «printemps arabe».

Il y a deux ans, Sarkozy a lancé un discours hostile à l'Algérie à partir du territoire tunisien lorsqu’il a essayé de «flatter» le peuple tunisien en déclarant que la Tunisie est une victime de la géographie s'étendant entre l'Algérie et la Libye. Il a également déclaré que l'avenir de l'Algérie devrait être discuté dans l'«Union pour la Méditerranée», cette union fondée lors de sa présidence n'a pas été approuvée par les pays du bassin méditerranéen.

De larges critiques

Ces déclarations ont été rejetées par les algériens et les tunisiens, bien qu’elles aient été faites par l'ancien président français lors d’une visite faite en Tunisie, suite à l’invitation du mouvement «l’appel de la Tunisie» représenté par son ancien secrétaire général Mohsen Marzouk.  Ces déclarations ont également nui aux relations entre la Tunisie et l’Algérie. L’ambassadeur d'Algérie à Tunis Abdel Qader Hajjar a récemment déclaré que Marzouk devait répondre clairement à l’ancien président en lui disant «ne vous mêlez pas des relations entre l’Algérie et la Tunisie.»

Dans ce contexte, Mohammad Dergham, chercheur au Centre du Maghreb pour les études et la documentation, a affirmé que les déclarations de Sarkozy hostiles à l'Algérie et lancées à partir de la Tunisie n’étaient pas spontanées ni accidentelles. Il cherchait à partir de ses dires à déstabiliser l’Algérie d'une part et nuire aux relations historiques et exceptionnelles entre les Tunisiens et les Algériens d’autre part. Le chercheur tunisien, rejoint la position de l'ambassadeur algérien en Tunisie notant que la réaction de Mohsen Marzouk, n’était pas au niveau souhaité et ne répondait pas aux déclarations de l'ancien président français pleines de haine et de nostalgie pour l'époque coloniale.

Le candidat favori

Il est à noter que la majorité des Algériens souhaitaient la réussite du candidat Alain Juppé face à François Fillon, qui semble être le plus chanceux à atteindre l'Elysée. Selon les sondages, il est inconcevable que la présidence française soit à nouveau remportée par la gauche vu la mauvaise performance du président de gauche François Hollande.

Les pays du Maghreb se comportent avec François Fillon, avec une certaine réserve, car jusqu'à présent, il n’a donné aucune position encourageante à la coopération et au développement des relations entre la France et ces pays. D'autant qu’il ne s’est toujours pas prononcé sur l'avenir inquiétant des immigrés marocains en France, où réside la plus grande communauté marocaine dans le monde.

Source : Al-Ahednews, traduit par l’équipe du site

25-11-2016 | 11:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut