Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Jurd de Ersal: la Résistance poursuit son avancée, s’empare de la ligne de défense principale d’«al-Nosra» Egypte: peines de mort contre 28 personnes pour le meurtre du procureur général Pourquoi le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a-t-il démissionné? Une adolescente allemande recrutée par «Daech» arrêtée à Mossoul en Irak Syrie: accord Moscou/extrémistes pour sécuriser l’enclave de la Ghouta Iran: le début de la production de Sayyad-3, nouveau missile de défense antiaérienne La présence des États-Unis en Syrie est illégitime, dit un général US Renseignement US: Pyongyang en passe de devenir une véritable puissance nucléaire Pour Damas, la «coalition illégitime» menée par les USA devra payer pour la destruction de la Syrie Egypte: les forces armées tuent 30 extrémistes dans le Sinaï Les attaques contre Al Aqsa Les travaux de reconstruction de la ville syrienne de Resafa ont commencé Interpol dévoile les noms des 173 kamikazes de «Daech» les plus dangereux pour l’Europe Yémen: 20 civils tués par un bombardement saoudien visant Taëz Crise du Golfe: l’émir du Qatar se dit prêt au dialogue sous conditions Seize policiers afghans perdent la vie dans un bombardement américain Première étape de la bataille du jurd de Ersal: effet de surprise et avancée rapide... La bataille du jurd de Ersal en images Le choléra de Salmane Grand embarras: Netanyahu s’indigne contre l’UE en croyant son micro éteint Réorganisation des services de sécurité en Arabie saoudite Selon Ankara, l’Allemagne est «le principal» refuge pour les terroristes Washington va interdire les voyages en Corée du Nord L’épidémie de choléra au Yémen est la pire enregistrée en une seule année Netanyahou et le ministre des AE des EAU se sont rencontrés à New York en 2012 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La ville d’Alep constitue la tête de pont de la guerre syrienne. Celui qui la domine contrôle le plus important point stratégique du pays. Le principal problème: au cas où la ville serait prise, la guerre ne prendrait toutefois pas fin, affirment des experts en la matière.

«Les pays du Golfe sont prêts pour un deuxième Afghanistan en Syrie».

En proie à une guerre sans merci depuis déjà presque six ans, la ville d'Alep joue toujours un rôle clé dans le conflit syrien opposant l'armée gouvernementale, les groupes armés et le groupe terroriste «Daech». À en croire certains experts, celui qui contrôle la ville dispose du plus important point stratégique du pays, entre la Méditerranée et l'Euphrate, au sud-ouest de la Syrie.

C'est pour cela, écrit le journal allemand Handelsblatt, que l'armée gouvernementale ˗ épaulée par ses alliés: la Russie, l’Iran et le Hezbollah libanais ˗ cherche à reprendre par tous les moyens le contrôle sur la ville, notamment sur sa partie orientale où les groupes armés ont pris leurs quartiers.

Bien que ce ne soit pas pour aujourd'hui, ni même pour demain, le gouvernement syrien parviendra tôt ou tard à atteindre son objectif, affirment les experts.

«Alep tombera lentement, peut-être en l'espace d'un an», indique notamment Robert Ford, ancien ambassadeur américain en Syrie: «Alep ne constitue pas le tournant, pas encore. Le président Assad parviendra sans doute à ses fins. Cependant, cela ne mettra pas fin à la guerre, les rebelles continuant de résister en dépit de bombardements acharnés».

«Cela peut durer encore cinq ans, peut-être dix, mais au bout du compte, Bachar el-Assad règnera en maître sur le pays divisé», conclut M. Ford.

Le journaliste arabe Sarkis Naoum a de son côté indiqué que les pays du Golfe, soutenant en cachette les groupes armés, essayeraient dans les années à venir d'empêcher le gouvernement syrien de prendre le dessus dans le conflit: «Pour les pays du Golfe, c'est la guerre du siècle. Ils sont prêts pour un deuxième Afghanistan».

Et de rappeler: «Dans les années 80, l'Afghanistan était en proie à une guerre opposant le gouvernement et les moudjahidines. Tandis que l'Union soviétique épaulait les troupes gouvernementales, l'Arabie saoudite aidait les insurgés islamistes en leur fournissant des munitions. Bien que l'armée afghane avait alors une supériorité stratégique et contrôlait toutes les grandes villes, elle ne parvenait pas à endiguer la résistance des moudjahidines. En fin de compte, l'Union soviétique a retiré ses troupes».

«Il est possible que cela taraude toujours Moscou. (…) La Russie cherche à renforcer son influence géopolitique sur la péninsule arabique et à s'imposer en tant que puissance mondiale sur la scène internationale», souligne M. Naoum.

Source: Sputnik

17-10-2016 | 13:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut