Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le Leader Khamenei rend visite aux sinistrés du séisme à Kermanshah Syrie: l’armée chasse «Daech» de Boukamal, dernière ville aux mains des terroristes Allemagne: Merkel «déplore» l’échec des négociations gouvernementales «Israël» a des liens secrets avec plusieurs pays arabes, selon un ministre sioniste Irak : 300 femmes et enfants étrangers de «Daech» transférés à Bagdad avant expulsion Zimbabwe : dans la tourmente, Mugabe s’exprime devant la nation, sans annoncer sa démission Pyongyang pourrait avoir dès cette année un missile pouvant frapper les USA Hariri : je serai à Beyrouth pour le 22/11 et je discuterais les positions politiques avec Aoun Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes MBS prend en otage deux enfants de Hariri Gebran Bassil à RT : la souveraineté du Liban n’est pas «à vendre» Moscou refuse de proroger la mission d’enquête sur les armes chimiques en Syrie N’oubliez jamais où vous vous garez. Cet automobiliste allemand l’a compris 20 ans après Le programme balistique de l’Iran «ne regarde pas» la France, affirme Velayati Le Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé à Paris Pays-Bas: les femmes terroristes inquiètent les services de renseignement Pyongyang créerait son premier sous-marin doté de missiles balistiques Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
Détecteur ou pelle en main, des soldats irakiens fouillent avec prudence un champ à Tikrit à la recherche d’éventuels cadavres de personnes massacrées par les extrémistes de «Daech».

L’un d’eux creuse un monticule de terre, mais sans résultat.

C’est pourtant dans ce secteur de l’immense complexe de l’ancien dictateur Saddam Hussein, dont Tikrit était le fief, que des dizaines de corps ont déjà été exhumés.

Ces recherches ont été lancées à la suite de la reprise le 31 mars par les forces gouvernementales de cette ville au nord de Bagdad aux mains de «Daech» pendant dixIrak: à la recherche des recrues massacrées par «Daech». mois.

Le groupe extrémiste y est accusé d’avoir commis des massacres, notamment parmi des recrues d’Unités de mobilisation populaire, lorsqu’il s’en est emparée. Des centaines de combattants ont été notamment enlevés et exécutés durant l’attaque de la base militaire de Speicher, à la limite nord de Tikrit.

Les images de propagande diffusées par «Daech» à la suite de ce massacre ont alimenté l’esprit de revanche des forces gouvernementales et de leurs alliés.

Mais, en se retirant de Tikrit, les combattants de «Daech» ont disséminé des engins explosifs un peu partout dans la ville et dans le tentaculaire complexe de Saddam Hussein, compliquant la recherche des corps.

Les soldats se mettent donc à l’affut «des pièges (...) des bombes et des explosifs» avant d’entamer tout travail de fouille, explique Haiwa Ali Mohammed, l’un d’eux.

Ils sont équipés d’outils de déminage et pour certains de masques à gaz, afin d’identifier les produits comme le chlorine, que les extrémistes ont déjà utilisés dans leurs bombes.

Lorsque tout danger est écarté, une pelleteuse vient dégager la zone.

Treize fosses communes

De cette manière, les restes d’une soixantaine de corps ont été exhumés dans treize fosses communes, explique Haider Majid, un employé du bureau du Premier ministre Haider al-Abadi, travaillant sur le massacre de Speicher.

A l’aide de tests ADN, les autorités tentent ensuite d’identifier les victimes.

Dix de ces fosses se situent dans les ruines de l’ancien complexe présidentiel, qui n’a plus rien de sa gloire passée et est jonché en plusieurs endroits de déchets en tous genres.

L’une des fosses est signalée par la présence d’un petit autel du souvenir qui a été élevé le long du fleuve Tigre. Des bougies blanches et des fleurs en plastique décorent un drapeau irakien et ceux de groupes paramilitaires ayant combattu aux côtés de l’armée.

Une autre fosse se distingue plus loin, délimitée par une bande de plastique jaune. La zone à fouiller est particulièrement vaste et les trous déjà creusés dévoilent des ossements et vêtements mêlés à la poussière.

«Cette fosse est l’une des pires dans le secteur du palais», souligne Haider Majid.

A proximité des zones de fouilles, sur le côté est du complexe, des traces d’exécutions remontant à juin 2014 sont encore visibles. Des filets de sang séchés marquent la rive bétonnée.

Source: agences et rédaction
11-04-2015 | 11:28
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut