noscript

Please Wait...

Télégramme

Présidentielle : Paris et Berlin interdisent aux Syriens de voter dans leurs ambassades

Présidentielle : Paris et Berlin interdisent aux Syriens de voter dans leurs ambassades
folder_openSyrie access_time depuis 7 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

La France et l'Allemagne veulent interdire aux Syriens résidant dans ces pays de voter dans leurs ambassades pour l'élection présidentielle du 3 juin.

«Les gouvernements français et allemand empêchent les Syriens résidant sur leur territoire de voter», a annoncé lundi 12 mars le ministère syrien des Affaires étrangères.
«La France (...) mène une campagne de presse hostile en rejetant ces élections. Elle a informéPrésidentielle : Paris et Berlin interdisent aux Syriens de voter dans leurs ambassades officiellement notre ambassade à Paris de son opposition à la tenue de ces élections sur le territoire français, y compris à l'ambassade syrienne», a indiqué le ministère dans un communiqué publié par l'agence Sana. Cette décision française «entre dans le cadre du soutien apporté par la France aux terroristes en Syrie (...) en vue de la détruire», ajoute le texte.

Le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal a implicitement confirmé ce refus. «L'organisation d'élections étrangères sur le territoire français relève de la convention de Vienne sur les relations consulaires du 24 avril 1963. Comme nous y autorise cette convention, les autorités françaises peuvent s'opposer à la tenue de ce scrutin sur l'ensemble du territoire français», a-t-il dit à l'AFP. «Pour la France, seule une solution politique et la mise en place d'un organe de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs, conformément au communiqué de Genève (signé par les grandes puissances le 30 juin 2013 sur une transition démocratique en Syrie, ndlr), permettront de mettre un terme au bain de sang. Bachar el-Assad, responsable de la mort de 150.000 personnes, ne saurait représenter l'avenir du peuple syrien», a-t-il ajouté.

Le ministère syrien accuse également l'Allemagne d'«avoir rejoint les pays qui tentent d'entraver les présidentielles en Syrie. Elle soutient, finance et arme les groupes terroristes en vue de détruire la Syrie».
«Il n'est pas étonnant que ces pays aient pris la décision d'interdire aux citoyens syriens résidant sur leur territoire d'exercer leur droit constitutionnel en votant dans l'ambassade de leur pays», ajoute Damas.
Le ministère souligne que «c'est au peuple syrien seul de décider de la légalité» de ces élections et «de la personne qui le dirigera dans la prochaine étape».

Début de la campagne électorale

La prochaine élection présidentielle syrienne doit se tenir le 28 mai à l'étranger et le 3 juin en Syrie. Il s'agit théoriquement de la première élection présidentielle depuis plus de cinquante ans dans le pays. Bachar al-Assad y affrontera Maher al-Hajjar, un député indépendant longtempsPrésidentielle : Paris et Berlin interdisent aux Syriens de voter dans leurs ambassades membre du parti communiste, et Hassan al-Nouri, un homme d'affaires qui a appartenu à une formation de l'opposition tolérée par le pouvoir.
La campagne électorale a débuté dimanche. Le président Assad a placé sa campagne sous le slogan «ensemble». Il a ouvert une page Facebook, un compte Twitter et un compte Instagram. Sur son premier mini-clip de campagne, le mot «ensemble» s'affiche, tracé à la main sur un fond blanc qui se transforme en drapeau syrien, sur lequel est apposée la signature du président.
Dans le centre de Damas, des dizaines de pancartes, affiches et banderoles représentant le drapeau national, portant le slogan «ensemble» et signées par Bachar al-Assad, sont apparues. Des pancartes à la gloire du candidat Hassan al-Nouri, homme d'affaires damascène, étaient aussi visibles dans la capitale. Elles appellent à une lutte contre la corruption, au «multipartisme économique» et au retour de la classe moyenne. La télévision officielle a diffusé un clip du candidat.

Source : AFP et rédaction

Comments

//