noscript

Please Wait...

Pourquoi la Résistance est un besoin national

Pourquoi la Résistance est un besoin national
folder_openAnalyses access_time depuis 8 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

  Par Samer R. Zoughaib

Les événements qui secouent la région depuis des décennies montrent que la Résistance est, était, et restera un besoin national. Sans elle, il ne saurait y avoir une véritable indépendance et une authentique souveraineté.

Ceux qui ont fait du désarmement de la Résistance leur principal préoccupation et leur plus précieux objectif sont des naïfs, des ignorants ou des personnes dépourvues de tout patriotisme. Dans tous les cas, ils servent, sciemment ou inconsciemment, les intérêts desPourquoi la Résistance est un besoin national ennemis du Liban, «Israël» en tête.

Une partie de ceux qui dépensent aujourd'hui toute leur énergie en campagnes de dénigrement contre le Hezbollah ont de tout temps été hostiles à la Résistance, même lorsque les troupes de l'ennemi israélien occupaient près du tiers du Liban, y compris la capitale Beyrouth, en 1982. Impressionnés par la prétendue «invincibilité» de l'armée israélienne, ces gens-là estimaient que la résistance était une perte de temps, car la défaite d'«Israël» était inconcevable dans leur esprit.

Dans l'indifférence la plus totale, ils regardaient tomber les milliers de martyrs qui offraient leur vie en sacrifice pour libérer leurs villes et villages. Ce combat ne les concernaient pas. Certains d'entre eux espéraient en cachette la victoire d'«Israël», d'autres osaient même le dire tout haut. Tous, en tout cas, ne manquaient pas de tourner en dérision les succès de la Résistance et de minimiser leur portée.

Après des années de lutte, «Israël» a été vaincu et contraint de se retirer du Liban sans contrepartie politique aucune. Quel ne fut le choc des sceptiques et des défaitistes. Une partie d'entre eux a réalisé son erreur et commencé à croire dans cette Résistance, qui s'est battue seule mais qui a offert la victoire à tous les Libanais. D'autres se sont enfermés dans leur déni, refusant de reconnaitre la victoire et affirmant qu'«Israël» avait évacué le Liban de son plein gré.

Toutefois, les Israéliens reconnaissent, et avec eux toutes les personnes libres et honnêtes, le caractère historique et la portée stratégique du triomphe de la Résistance.

Le danger takfiriste

Aujourd'hui comme hier, la Résistance poursuit son combat malgré l'intensification de la campagne de dénigrement, à laquelle s'est joint une partie de ceux qui prétendaient la soutenir dans sa lutte contre l'occupation israélienne.

Une fois de plus, des jeunes gens déterminés, de véritables soldats inconnus, ont choisi d'offrir leur vie en sacrifice pour protéger le Liban contre un danger non moins pernicieux que le périlPourquoi la Résistance est un besoin national israélien, celui des groupes takfiristes.

Les voix qui s'élèvent pour dénoncer avec indignation la participation du Hezbollah aux combats en Syrie oublient que sans le courage de ces résistants, les groupes les plus extrémistes seraient sans doute en train de semer la mort et la désolation au Liban même, comme ils le font actuellement dans de nombreuses contrées syriennes.

Les masques sont tombés aujourd'hui en Syrie. Les groupes affiliés à Al-Qaïda, comme «l'Etat islamique en Irak et au Levant» (EIIL) et le Front al-Nosra, balayent comme des brindilles de pailles la soi-disant «Armée syrienne libre» (ASL), qui est en réalité une coquille creuse, une devanture sans rien derrière. Partout où ils passent à l'attaque, l'«EIIL» et al-Nosra s'imposent face à l'«ASL». Dans peu de temps, ils proclameront leur émirat obscurantiste.

Lorsque la Résistance est allée à Qoussair, elle a décidé de mener une guerre préventive pour épargner au Liban le danger d'une guerre sur son propre territoire, que les extrémistes s'apprêtaient à lancer.

Une fois de plus, ces mêmes résistants, qui ont pris sur eux la mission de libérer le Liban de l'occupation israélienne, répondent à l'appel pour protéger les Libanais, tous les Libanais, du danger takfiriste.

Qui va protéger le pétrole et le gaz?

Demain sera comme aujourd'hui et comme hier. «Israël» convoite les ressources énergétiques du Liban et ne s'en cache pas. Ce qui l'empêche de s'emparer directement du gaz et du pétrole, c'est la Résistance et non pas les protestations verbales et les menaces de recourir aux voiesPourquoi la Résistance est un besoin national diplomatiques, défendues par ces mêmes défaitistes qui mettaient en doute l'efficacité, voire le principe même de la résistance à l'occupation.

Les sceptiques ne le savent peut-être pas mais «Israël» lui, en est parfaitement conscient: la Résistance dispose des moyens militaires et de la volonté politique nécessaires pour protéger les ressources énergétiques du Liban, qui constituent une garantie pour les générations à venir. Il sait que s'il passe de la convoitise à l'acte, il paiera un prix qu'il n'est plus capable de supporter, après que se soient dévoilées toutes ses faiblesses au fil des guerres perdues.

Si après cela, certains continuent de réclamer obstinément le désarmement de la Résistance, c'est qu'ils sont dépourvus des moindres sentiments patriotiques.

Source: French.alahednews

Comments

person Jalal

Hommage à la Résistance

Du fin fond de mon Sahara algérien, je salue la résistance libanaise, ses succès, ses méthodes, ses sacrifices sont un exemple à suivre par tous gens honnêtes, patriotes et libres. Les victoires du Hezbollah honorent les arabes et les musulmans du monde entier! Je souhaite aussi la victoire complète au peuple syrien, à la Syrie, à Bachar al-Assad! J'approuve sans réserve le contenu de l'article, merci!
//