noscript

Please Wait...

Burkina, Mali et Niger finalisent leur projet de confédération

Burkina, Mali et Niger finalisent leur projet de confédération
folder_openAfrique access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

Les chefs de la diplomatie du Mali, du Burkina Faso et du Niger se sont rencontrés le 17 mai à Niamey pour «finaliser» le projet de texte sur la Confédération de l'Alliance des États du Sahel qui devrait être adopté par les chefs d'État «dans les prochaines semaines».

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont finalisé à Niamey un projet de texte créant la Confédération de l'Alliance des États du Sahel (AES), que les chefs d'Etat de ces trois États dirigés par des régimes militaires devraient adopter ces «prochaines semaines».

Une rencontre a réuni vendredi dans la capitale nigérienne Abdoulaye Diop, Karamoko Jean-Marie Traoré et Bakary Yaou Sangaré, respectivement ministre des Affaires étrangères du Mali, du Burkina Faso et du Niger.

Elle avait «pour objectif de finaliser le projet de texte relatif à l'institutionnalisation et à l'opérationnalisation de la Confédération Alliance des États du Sahel (AES)», a expliqué M. Sangaré, lisant le communiqué final à l'issue de la réunion.

Ce projet de texte, dont le contenu n'est pas divulgué, sera «soumis aux chefs d'Etat (des trois États) pour adoption dès les prochaines semaines», assure t-il.

«Nous pouvons considérer très clairement, aujourd'hui, que la Confédération de l'Alliance des États du Sahel (AES) est née», a déclaré Abdoulaye Diop à l'issue d'une audience avec le général Abdourahamane Tiani, le chef du régime militaire nigérien.

Rupture avec la Cédéao et Paris

Burkina Faso, Mali et Niger, d'anciennes colonies françaises, ont tourné le dos à Paris et dénoncé l’ingérence de la France dans leurs affaires intérieures, avant de créer en septembre dernier l'AES.

Le Liptako-Gourma, l'espace géographique qui couvre l'AES, est ravagé par des récurrentes attaques terroristes meurtrières depuis des années.

Ces trois pays ont annoncé fin janvier qu'ils quittaient la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), une organisation qu'ils jugent instrumentalisée par la France, indiquant que leur décision était «irréversible».

 

Comments

//