noscript

Please Wait...

Des experts de l’ONU mettent en garde contre un «génocide en cours» à Gaza

Des experts de l’ONU mettent en garde contre un «génocide en cours» à Gaza
folder_openPalestine access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Des experts indépendants de l’ONU ont averti mardi que les Gazaouis représentaient désormais 80% de l’ensemble des individus confrontés à la famine ou à une faim terrible dans le monde. La sonnette d’alarme a été tirée alors qu’ils mettaient en évidence l’urgence humanitaire sans précédent dans la bande de Gaza face à la guerre israélienne en cours contre l’enclave assiégée.

«Actuellement, chaque personne à Gaza a faim. Un quart de la population meurt de faim et lutte pour trouver de la nourriture et de l’eau potable. La famine est imminente», déclare le groupe d’experts des droits de l’homme.

Le manque de nutrition et de soins de santé met en danger la vie des femmes enceintes et de leurs enfants à naître, ajoutent-ils, alors que tous les enfants de moins de 5 ans, soit environ 335 000 au total, sont très exposés aux effets d’une malnutrition sévère à mesure que la menace de famine devient imminente.

Les experts se disent préoccupés par la possibilité qu’une génération entière puise souffrir d’un retard de croissance ou d’une maladie. L’alimentation insuffisante entrave la croissance et le développement des jeunes enfants, entraînant des déficiences physiques et cognitives irréversibles et posant une menace importante aux capacités d’apprentissage.

Il y a dans ce groupe d’experts Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Reem Alsalem, rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes et les filles, Pedro Arrojo Agudo, rapporteur spécial sur les droits de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement, ainsi que les rapporteurs spéciaux sur les droits à l’alimentation, à l’éducation, le droit de chacun à jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible, celui à un logement convenable et ceux des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Ils affirment qu’«aucun endroit n’est sûr à Gaza» depuis le début du «siège total» imposé par «Israël» au territoire le 9 octobre, privant 2,3 millions de Palestiniens d’eau, de nourriture, de carburant, de médicaments et d’autres fournitures médicales «dans le cadre d’un blocus israélien de dix-sept ans qui, avant cette guerre, avait plongé environ la moitié de la population de Gaza dans l’insécurité alimentaire et rendu plus de 80% des habitants dépendants de l’aide humanitaire».

Jusqu’à présent, la plupart des livraisons d’aide pendant la guerre étaient concentrées dans le sud de Gaza. Au 1er janvier, seules cinq des vingt-quatre expéditions de fournitures de secours prévues, qui concernent aussi la nourriture, avaient été livrées aux régions situées au nord de Wadi Gaza.

Les experts sont de plus en plus préoccupés par la détérioration des conditions de vie, en particulier dans le nord de Gaza, où les habitants connaissent des pénuries alimentaires prolongées et un accès très limité aux ressources essentielles.

Dans le sud de Gaza, un grand nombre de personnes déplacées vivent dans des abris inadéquats ou dans des zones dépourvues des services de première nécessité, ce qui exacerbe les problèmes créés par des conditions de vie déjà difficiles.

«C’est la première fois qu’une population entière souffre aussi rapidement de la faim. Israël détruit le système alimentaire de Gaza et utilise la nourriture comme une arme contre le peuple palestinien», déclarent les experts.

Ces derniers accusent «Israël» de détruire ou de bloquer l’accès aux terres agricoles et à la mer, affirmant que les soldats d’occupation ont rasé 22% des terres et des installations agricoles du territoire, parmi lesquelles des vergers et des serres dans le nord de Gaza. Ils ont par ailleurs détruit 70% de la flotte de pêche de Gaza.

«Même avec le peu d’aide humanitaire autorisée à entrer, les gens manquent toujours de nourriture et de combustible pour cuisiner, soutiennent les experts. La plupart des boulangeries ne sont pas opérationnelles, en raison du manque de carburant, d’eau et de farine de blé, ainsi que des dégâts structurels», ajoutent-ils.

Et de poursuivre: «Le bétail meurt de faim. Il est incapable de fournir de la nourriture ou d’en être une source. Pendant ce temps, l’accès à l’eau potable continue de diminuer, tandis que le système de santé s’est effondré en raison de la destruction généralisée des hôpitaux, augmentant considérablement la propagation des maladies transmissibles».

Les forces israéliennes ont détruit plus de 60% des maisons palestiniennes à Gaza, ajoutent les experts, ce qui a des répercussions sur la capacité des familles à cuisiner et provoque «un “domicide” en raison de la destruction massive des habitations, rendant le territoire inhabitable».

Le Bureau des nations unies pour la coordination des affaires humanitaires estime que près de 85% de la population de Gaza, soit environ 1,9 million de personnes, est désormais déplacée à l’intérieur du territoire. Beaucoup d’entre elles ont par ailleurs été forcées de se déplacer à plusieurs reprises en quête de sécurité.

«Nous avons tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises sur le risque de génocide, rappelant à tous les gouvernements qu’ils ont le devoir de prévenir le génocide», indiquent les experts.

«Non seulement Israël tue et cause des dommages irréparables aux civils palestiniens avec ses bombardements aveugles, mais il impose également sciemment et intentionnellement un taux élevé de maladies, de malnutrition prolongée, de déshydratation et de famine en détruisant les infrastructures civiles», soulignent-ils.

«L’aide doit être acheminée aux Gazaouis immédiatement et sans aucune entrave pour éviter la famine», réitèrent les experts.

Ils poursuivent en ces termes: «Notre inquiétude face au génocide en cours ne découle pas uniquement des bombardements en cours sur Gaza, mais elle concerne également les lentes souffrances et les morts causées par l’occupation de longue date, le blocus et la destruction civique actuelle par Israël, puisque le génocide progresse à travers un processus continu et ne constitue pas un événement isolé».

«Parvenir à la paix, à la sécurité et à la stabilité, tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens, ne peut se faire qu’au moyen de l’autodétermination palestinienne. Cela ne peut être réalisé que par un cessez-le-feu immédiat et la cessation de l’occupation israélienne», selon eux.

Les rapporteurs spéciaux font partie de ce qu’on appelle les «procédures spéciales» du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Ce sont des experts indépendants qui travaillent sur une base bénévole. Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

Comments

Breaking news

//