noscript

Please Wait...

«Israël» reconnaît avoir tué 5 enfants palestiniens lors d’un raid dans la bande de Gaza

«Israël» reconnaît avoir tué 5 enfants palestiniens lors d’un raid dans la bande de Gaza
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

Le drame s’est produit dans le cimetière d’al-Faluja le 7 août dernier, au dernier jour de l’offensive de l’armée d’occupation israélienne contre la bande de Gaza. Alors que le décès des cinq enfants palestiniens avait été imputé à un tir de roquette du Jihad islamique, des sources militaires israéliennes reconnaissent désormais l’implication d’«Israël».

Leurs visages d’enfants sont encore présents sur des banderoles de deuil dans la bande de Gaza. Jamil Ihab Negm, Jamil Najmuddin Najm, Hamed Haider Najm, Muhammad Salah Najm et Nazmi Fayez Abu Karsh, âgés de 3 à 16 ans, ont été tués le 7 août dernier lors de l’agression menée par «Israël» sur l’enclave gazaouie.

D’après le quotidien «Haaretz», qui s’appuie sur des sources militaires, une enquête interne de l’armée israélienne a conclu à la responsabilité de l’armée israélienne dans le décès des cinq mineurs, qui ont succombé à une frappe aérienne en bordure du cimetière d’al-Faluja, à l’est de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza. Et non à un tir raté de roquette par le Jihad islamique, comme l’avaient initialement affirmé des officiers israéliens, sous couvert d’anonymat.

La veille, le 6 août, une autre explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya avait fait huit morts, dont plusieurs enfants. Les autorités gazaouies avaient aussitôt accusé «Israël», qui a catégoriquement et publiquement démenti, rejetant la faute sur une roquette du Jihad islamique, tombée dans l’étroite enclave palestinienne.

Plusieurs officiels israéliens avaient à leur tour menti au monde entier, dont le général de division Oded Bassuk : «Sur la base des évaluations du renseignement, on peut conclure qu’il s’agissait d’une blessure auto-infligée. Nous avons vu la roquette frapper une maison palestinienne.»

Les mêmes responsables admettent aujourd’hui être les seuls responsables de cette tuerie.

//