noscript

Please Wait...

Pour Emmanuel Macron, «justice doit être rendue» deux ans après l’explosion de Beyrouth

Pour Emmanuel Macron, «justice doit être rendue» deux ans après l’explosion de Beyrouth
folder_openLiban access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président français Emmanuel Macron a réclamé jeudi 4 août, dans un entretien au quotidien libanais L'Orient-Le Jour, que la justice soit «rendue» sur les causes de l'explosion il y a deux ans du port de Beyrouth, en regrettant que l'enquête soit «suspendue depuis plusieurs mois».

«Je le redis aujourd'hui avec force: justice doit être rendue. Pour faire leur deuil et se reconstruire, les Libanaises, les Libanais et tous ceux qui vivent dans ce pays (...) ont besoin de connaître la vérité», déclare le chef de l'État français.

«Le Liban vit un moment de crise sans précédent. Il a également besoin de justice pour se redresser», ajoute-t-il, en précisant que, «dans ce domaine aussi, la France continuera, avec ses partenaires, d'aider» le pays, sans donner plus de détails.

Pour lui, l'enquête libanaise, «suspendue depuis plusieurs mois», doit être «menée à son terme, en toute indépendance et à l'écart de toute interférence politique».

Emmanuel Macron s'était fortement mobilisé après la gigantesque explosion qui avait dévasté le 4 août 2020 des quartiers entiers de la capitale et fait plus de 200 morts et 6500 blessés.

Il s'y était rendu deux jours plus tard, puis un mois après et avait coorganisé avec l'ONU trois conférences de soutien.

«Je ne me résignerai jamais, je ne laisserai pas le Liban s'effondrer, encore moins disparaître. Malgré les vents contraires et les difficultés, je garderai le cap, déterminé, lucide et pragmatique», dit-il.

Il reconnaît que les résultats escomptés n'ont pas été obtenus car, selon lui, «nous n'avons pas réussi à dépasser la force d'inertie du système libanais et de ses acteurs».

Pour lui, l'accord conclu en avril avec le FMI «doit désormais être mis en œuvre» car «il s'agit d'une étape importante pour ramener au Liban la confiance perdue des investisseurs».

Comments

//