noscript

Please Wait...

Sayyed Khamenei: La guerre douce menée par les ennemis a pour but principal d’affaiblir le motif religieux du peuple

Sayyed Khamenei: La guerre douce menée par les ennemis a pour but principal d’affaiblir le motif religieux du peuple
folder_openIran access_time depuis 14 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Irna

L'un des aspects les plus importants de la guerre douce (idéologique et d’influence) de l'ennemi est de supprimer ou d'affaiblir le motif religieux - qui est le motif le plus important et le plus élevé - du peuple, a déclaré le Leader de la Révolution l’Ayatollah sayyed Ali Khamenei.

Lors d'une rencontre avec les organisateurs du Congrès national des martyrs nomades, qui s'est tenue mardi 21 juin, sayyed Khamenei a présenté à la nation iranienne la communauté nomade et sa valeur, soulignant que les nomades iraniens font partie des couches les plus fidèles de la nation iranienne. «Ce n’est pas une impression ou une appréciation personnelle, c’est une déclaration fondée sur ce qui s'est passé dans le pays, et nous savons, tant dans notre histoire récente que dans l'histoire des 200 ou 300 dernières années, quelles ont été les tentatives des étrangers, en particulier les Britanniques, pour influencer la communauté nomade.»

Dans la période récente, la période de la révolution, la période de la Défense sacrée et de l’après-guerre, les nomades ont également réussi dans les épreuves. Plus de 11000 personnes de la communauté nomade, sont tombées en martyrs. Bien sûr, tous nos nomades n’étaient pas menacés, ceux qui étaient à la frontière étaient directement menacés à l’époque de la Défense sacrée, mais certains ne l'étaient pas, ils étaient au milieu du pays et n’étaient pas confrontés à une menace directe, mais ils se sont précipités vers les champs de la Défense sacrée et ont fait preuve d’un grand courage et de beaucoup d’efforts, a indiqué sayyed Khamenei.

L'affaiblissement des motivations religieuses, but de la guerre douce (idéologique)

«Certains dans diverses analyses, disent que ce jeune est allé défendre les frontières de son pays et instaurer la sécurité. Eh bien oui, c'est clair. La sécurité et l'immunité du pays sont dues à ces sacrifices, aux sacrifices de ces martyres et des vétérans, à ces luttes et ces conflits. Il ne fait aucun doute que cela contribue à la sécurité du pays, mais le motif est la religion et Dieu. Les motivations ne doivent pas être réduites à des choses inférieures à la religion. L'un des aspects les plus importants de la guerre douce (idéologique et d’influence) de l'ennemi est de supprimer ou d'affaiblir le motif religieux - qui est le motif le plus important et le plus élevé - du peuple.

Aujourd'hui, tout ce qui est fait dans le pays, contre les traditions et les valeurs religieuses, a des motifs politiques. Certains ne s’en rendent peut-être pas compte mais cela existe et les attire. L'affaiblissement de la religion, l'affaiblissement des traditions religieuses, l'affaiblissement et la remise en question des rites religieux, les accusations d'irrationalité, sont toutes des choses dont l'ennemi se sert.  Celui qui fait [cela] peut ne pas le savoir, il peut ne pas y avoir prêté attention. Oui, parfois certaines personnes agissent par négligence.»

Planification de l'ennemi pour décourager les gens et affaiblir la gestion du pays

«Aujourd'hui, l'ennemi essaie d'affaiblir la foi religieuse et l'espoir des gens, et de saper la confiance dans l'avenir et la gestion du pays. Ce sont les choses qu'ils planifient. [Par exemple] Ils cherchent comment faire croire aux gens qu'ils n'ont pas d'avenir, qu’ils sont dans l’impasse et dans une voie sans issue. Ils programment cela dans le cyberespace et parfois, malheureusement, dans nos propres espaces officiels, de telle sorte que les gens en viennent à la conclusion que toutes les routes sont bloquées ou sont fausses, ou que les responsables ne savent pas comment gérer le pays.

Tout cela alors que tant d’efforts sont faits. Quand par exemple, la police du pays arrête des voleurs 48 heures après le vol, elle devrait être encouragée, [mais] dans nos propres médias nationaux, on parle de telle manière qu'au lieu d’être encouragés, ils (les policiers) se sentent blâmés ! Ce n'est pas intentionnel - il est certain que ce n'est pas intentionnel - mais c'est une forme de négligence qui finit en faveur de l'ennemi. Quiconque décourage les gens travaille pour l'ennemi, qu'il le sache ou ne le sache pas. Quiconque sape la foi du peuple travaille pour l'ennemi, qu'il le sache ou ne le sache pas. Quiconque décourage les gens au sujet des activités, des efforts et des programmes des responsables, travaille au profit de l'ennemi qu'il le sache ou ne le sache pas.»

L'espoir et le rejet du désespoir sont les leçons des martyrs et des combattants

«Nous espérons que Dieu, Tout-Puissant, vous accordera le succès et élèvera les rangs de vos chers martyrs. Vos martyrs et tous les martyrs du pays sont ceux qui nous ont appris à espérer. Nos combattants sont entrés sur le champ de bataille à une époque où selon les calculs normaux, il n'y avait vraiment aucun espoir de victoire. Le troisième ou le quatrième jour de l'attaque de Saddam, les nouvelles de Dezful, d'Ahvaz et autres, nous arrivaient successivement. J'ai obtenu la permission de l'imam (Khomeini) pour aller là-bas, et peut-être attirer des forces, j'étais sûr – presque certain - qu'il n'y aurait pas de retour.

Nous y sommes allés avec l'idée qu'il était impossible de faire quoi que ce soit. Or, vous avez vu que la République islamique, notre jeunesse, le commandement du grand Imam ont agi de telle manière que cette Défense sacrée s'est terminée dans la dignité absolue de la République islamique, et l'ennemi a été écrasé au sol.

Cet espoir a été donné par nos combattants. C'est-à-dire qu'en toutes circonstances, même dans des conditions comme celles de la guerre, il faut espérer et attendre l'aide divine.»

 

Comments

//