noscript

Please Wait...

Algérie: un projet de loi au Parlement pour criminaliser la normalisation avec «Israël»

Algérie: un projet de loi au Parlement pour criminaliser la normalisation avec «Israël»
folder_openAfrique access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

Des législateurs algériens ont déposé mardi un projet de loi criminalisant la normalisation avec «Israël», comprenant des articles interdisant les voyages ou tout contact direct ou indirect avec l’entité sioniste, rapporte l’agence de presse turque Anadolu (AA).

Youcef Adjissa, le représentant du Mouvement de la Société pour la paix (MSP), a affirmé qu'il a «déposé au nom du groupe de députés de son parti (65 sur 462) le projet de loi au parlement».

Le Mouvement de la société pour la paix est un parti islamique qui forme le plus grand bloc d'opposition au parlement algérien. La direction du parti n'a cependant cessé de confirmer son soutien à la politique étrangère du pays.

M. Adjissa a expliqué que le bloc parlementaire du mouvement a essayé d'inclure d'autres groupes pour contribuer au projet de loi, mais il n'a pas reçu de réponse, il a donc pris l'initiative de le présenter en son nom.

Le projet de loi est le même que celui qui a été présenté au Parlement par des députés de plusieurs formations politiques en janvier 2021, mais la décision du président Abdelmadjid Tebboune de dissoudre le Parlement a marqué la fin du projet.

M. Adjissa a souligné que la relance du projet était à l’occasion de la Journée palestinienne de la Nakba.

Le projet de loi comprend sept articles qui visent à «criminaliser la normalisation avec l'entité sioniste» ainsi qu'à «interdire tout contact avec Israël ou tout voyage vers et depuis Israël».

Une majorité simple (50+1) de la première chambre du Parlement est requise pour approuver le projet de loi qui sera renvoyé à la deuxième chambre pour une approbation finale.

L'Algérie n'entretient aucune relation diplomatique ou commerciale avec «Israël», une position qui bénéficie d'un large soutien politique et populaire dansa le pays.

Les autorités affirment à tous les niveaux qu'elles refusent d'établir des relations avec l’entité sioniste avant de mettre fin à son occupation de plusieurs décennies et d'établir un État palestinien indépendant avec al-Qods occupée (Jérusalem) pour capitale.

Comments

//