noscript

Please Wait...

Le parlement irakien adopte en 1ère lecture un projet de loi interdisant la normalisation avec «Israël»

Le parlement irakien adopte en 1ère lecture un projet de loi interdisant la normalisation avec «Israël»
folder_openMoyen Orient access_time depuis 6 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le parlement irakien a adopté mercredi en première lecture un projet de loi visant à interdire la normalisation ou l’établissement de relations avec «Israël». La législation s’appliquerait également à la région du Kurdistan.

Le parlement irakien s’est réuni mercredi et a élu les membres de la commission juridique.

Comme premier travail, le comité a examiné le projet de loi «interdisant la normalisation et l’établissement de relations avec l’entité sioniste», qui a ensuite été envoyé aux députés pour discussion.

Le législateur a donné la première lecture du projet de loi, a-t-il déclaré dans un communiqué mercredi.

Le projet de loi exige que presque tous les responsables, y compris ceux de la région du Kurdistan, les institutions gouvernementales et les médias, s’abstiennent d’établir des relations avec «Israël».

La partie principale du projet de loi criminalise la normalisation des relations avec l’entité sioniste en plus de «l’interdiction de l’établissement de relations diplomatiques, politiques, militaires, économiques et culturelles et de toute autre sorte de relations avec l’entité sioniste envahissante».

Cela survient des semaines après que l’éminent religieux chiite sayed Muqtada al-Sadr, l’un des principaux vainqueurs des élections législatives d’octobre dans le pays, a appelé les membres de son bloc sadriste à présenter un tel projet de loi.

Sayed Sadr a déclaré que «la question de la normalisation et des ambitions israéliennes de dominer notre Irak bien-aimé» était l’une des principales raisons de l’implication à nouveau du mouvement sadriste dans le processus électoral.

Fin 2020, quatre pays – les Émirats arabes unis, le Soudan, Bahreïn et le Maroc – ont annoncé des accords de normalisation avec l’entité sioniste, sous l'égide de Donald Trump, alors président des Etats-Unis.

Une conférence prônant «l’adhésion de l’Irak aux Accords d’Abraham» s’est tenue à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan, en septembre.

La condamnation généralisée de Bagdad et d’Erbil a frappé la conférence, le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi la qualifiant d'«illégale» et affirmant que «le concept de normalisation avec Israël est illégal selon la constitution irakienne».

Sayed Sadr a également exprimé son rejet catégorique de la conférence.

Il a déclaré qu’Erbil «doit interdire de telles réunions terroristes sionistes» et a appelé le gouvernement irakien à arrêter tous ceux qui y assistaient, menaçant d’agir lui-même.

Quelques jours après, un tribunal irakien a émis des mandats d’arrêt contre trois personnes accusées d’avoir participé à la conférence.

La région du Kurdistan et «Israël» n’ont pas de relations diplomatiques, mais entretiennent des «relations amicales». L’entité sioniste a acheté du pétrole kurde et soutenu le référendum sur l’indépendance de 2017.

Comments

//