noscript

Please Wait...

Lavrov en Algérie pour renforcer le «partenariat» avec la Russie

Lavrov en Algérie pour renforcer le «partenariat» avec la Russie
folder_openRussie access_time depuis 8 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a effectué mardi une visite en Algérie pour renforcer le «partenariat» avec cet allié de Moscou et exportateur gazier de plus en plus sollicité par une Europe cherchant à réduire sa dépendance du gaz russe.

M. Lavrov s'est entretenu avec son homologue algérien, Ramtane Lamamra et a été reçu par le président Abdelmadjid Tebboune, selon la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

«Nous avons soutenu l'initiative de nos amis algériens visant à élaborer un nouveau document stratégique interétatique qui sera le reflet de la nouvelle qualité du partenariat bilatéral», a déclaré M. Lavrov lors de son entretien avec M. Lamamra, selon le ministère russe.

«Notre dialogue politique se développe de manière active, tout comme la coopération économique, militaire et technique et les liens humanitaires et culturels», a-t-il ajouté.

Avant cet entretien, M. Lavrov s'est recueilli au sanctuaire du martyr à Alger, «à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale où il a déposé une gerbe de fleurs», selon l'agence officielle algérienne APS.

Cette visite, la première de M. Lavrov en Algérie depuis janvier 2019, coïncide avec le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Russie et l'Algérie.

Le 18 avril, le président russe, Vladimir Poutine, s'était entretenu au téléphone avec M. Tebboune pour évoquer notamment «la coordination au sein de l’Opep, ainsi que la situation en Ukraine», selon l'agence officielle russe TASS.

L'Opep+ réunit les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), menée par l'Arabie saoudite, et dix autres pays exportateurs non membres de l'Opep, menés par la Russie.

L'Algérie, exportateur de gaz de premier plan, fournit environ 11% du gaz consommé en Europe, contre 47% pour la Russie.

Plusieurs pays cherchant à réduire leur dépendance des livraisons russes depuis l'opération russe en Ukraine se sont tournés vers l'Algérie, pays allié de Moscou mais qui ne dispose que d'une capacité très limitée pour augmenter ses exportations.

Dans un apparent souci de ne pas se mettre à dos Moscou, l'Algérie répète aussi que ses capacités supplémentaires d'exportation vers l'Europe sont trop limitées pour se substituer au gaz russe.

Comments

//