noscript

Please Wait...

Télégramme

Le Kremlin juge «positif» le déroulement des pourparlers russo-américains

Le Kremlin juge «positif» le déroulement des pourparlers russo-américains
folder_openRussie access_time depuis 8 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le Kremlin a jugé mardi «positifs» les premiers pourparlers la veille entre Russes et Américains sur l'Ukraine et l'architecture sécuritaire européenne, estimant toutefois qu'il est trop tôt pour se montrer optimistes quant à d'éventuels résultats. «Cela mérite une évaluation positive», a dit Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine, mais «les raisons d'être optimistes ne sont pas encore très nombreuses, il aurait fallu être naïf pour croire qu'un premier round donne des résultats exhaustifs».

Négociateurs russes et américains se sont retrouvés lundi à Genève pour des pourparlers après des semaines de tensions autour de l'Ukraine.

Accusée par Américains et Européens de préparer une attaque contre son voisin ukrainien, un allié des Occidentaux, la Russie a répliqué en disant que le déploiement de dizaines de milliers de soldats russes à la frontière était une réaction à la présence croissante et hostile de l'OTAN dans ce que Moscou considère comme sa zone d'influence.

Moscou a assuré lundi ne pas avoir «l'intention» d'attaquer l'Ukraine. Mais les Russes réclament la signature de traités bannissant tout élargissement futur de l'Alliance et la fin des manœuvres militaires occidentales aux abords des frontières russes, remettant en cause l'architecture sécuritaire européenne construite après la guerre froide, lorsque plusieurs pays de l'ex-bloc communiste ont rejoint l'OTAN. Américains et Européens ont jusqu'ici considéré ces revendications comme inacceptables, mais se disent prêts à discuter de solutions avec les Russes pour trouver une porte de sortie aux tensions et éviter un nouveau conflit armé, en Ukraine tout particulièrement.

Le premier round de négociations russo-américaines à Genève sera suivi mercredi par une réunion Russie-OTAN à Bruxelles.

Comments

//