noscript

Please Wait...

Irak: le Parlement réélit son président pendant une séance inaugurale houleuse

Irak: le Parlement réélit son président pendant une séance inaugurale houleuse
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le nouveau Parlement irakien a réélu dimanche son président, le sunnite Mohammed al-Halboussi, lors d’une séance inaugurale marquée par des altercations entre députés, trois mois après les législatives remportées par le leader chiite sayed Moqtada al-Sadr.

Depuis les législatives anticipées du 10 octobre dernier, l’Irak est traversé par de fortes tensions politiques.

Deux pôles chiites sont sur le devant de la scène depuis le scrutin: le courant de Moqtada Sadr et l’Alliance de la conquête, vitrine politique du Hachd al-Chaabi, une coalition d’anciens paramilitaires désormais intégrée aux forces régulières irakiennes.

Avec 73 députés élus sur 329, sayed Moqtada Sadr revendique la victoire et le droit de former une coalition «majoritaire» au Parlement, ce qui lui permettrait de désigner le Premier ministre et le gouvernement.

L’Alliance de la conquête a encaissé une lourde défaite au scrutin mais conteste les résultats avec véhémence.

Dimanche, au cours de la séance inaugurale, les élus ont réélu l’influent député sunnite de la province d’Al-Anbar (ouest) Mohammed al-Halboussi à la présidence du Parlement. Hakim Zamili, un chiite, ainsi que le Kurde Chakhwan Abdallah ont été élus à la vice-présidence.

Mais le vote a été précédé par des altercations dans l’hémicycle.

Selon le député kurde Muthana Amin, tout a «débuté normalement avec la prestation de serment» des élus. Puis, le Cadre de coordination --coalition regroupant plusieurs partis chiites, dont l’Alliance de la conquête-- a revendiqué être l’alliance parlementaire la plus importante avec 88 députés.

Mahmoud al-Machhadani qui présidait la séance en tant que doyen de l’assemblée «a alors demandé à ce que cette information soit vérifiée, après quoi il a été invectivé et des députés l’ont attaqué», a déclaré M. Amin à l’AFP sans préciser l’identité des agresseurs ni si son hospitalisation par la suite était directement liée à cette agression.

D’après une source parlementaire qui a requis l’anonymat, Mahmoud al-Machhadani «a perdu connaissance». Il a été «hospitalisé», a indiqué la télévision publique Iraqiya, l’agence de presse irakienne INA affirmant ensuite que son état était «stable».

La séance a été suspendue plus d’une heure.

Le Cadre de coordination a dit ne pas reconnaître la réélection de M. Halboussi arguant dans un communiqué de l’absence du président de séance, Mahmoud Machhadani, lors du vote.

«Consensus de la majorité»

Le Parlement a désormais 30 jours pour élire le président de la République. Celui-ci devra ensuite désigner un Premier ministre, choisi par la plus grande coalition. Une fois désigné, le Premier ministre a 30 jours pour former un gouvernement.

Certains experts et politiciens tablent sur une nouvelle équipe d’ici le mois de mars.

Avec 73 élus, sayed Moqtada Sadr affirme être en mesure de construire une coalition «majoritaire». Il a laissé entendre que sa préférence allait à une alliance avec deux formations sunnites, Azm et Taqadom, et un parti kurde, le PDK.

Majoritaire à la Chambre, cette coalition pourrait alors nommer un Premier ministre, un poste qui va historiquement à un musulman chiite.

Ce format serait «nouveau» pour l’Irak, estime le politologue Ihsan al-Shammari, car basé sur le «consensus de la majorité», à l’inverse des précédents gouvernements auxquels tous les partis chiites participaient.

Toujours dans le camp chiite, l’Alliance de la conquête n’a remporté que 17 sièges contre 48 dans le Parlement sortant.

Les responsables du parti affirment que le scrutin a été entaché de «fraudes», mais leur recours pour faire annuler les élections a été rejeté par la justice. L’Alliance peut encore compter sur le jeu des alliances. Un de ses partenaires, l’ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, a effectué une percée notable avec 33 sièges. Il peut aussi s’allier à de plus petites formations.

Comments

//