noscript

Please Wait...

Téhéran: La conclusion d’un accord à Vienne dépend de la volonté des autres parties

Téhéran: La conclusion d’un accord à Vienne dépend de la volonté des autres parties
folder_openIran access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Alors qu'une autre série de discussions à Vienne touche à sa fin, le principal négociateur de l'Iran, Ali Bagheri Kani, a déclaré que les trois parties européennes à l'accord nucléaire de 2015, également connu sous le nom d'E3, ont intimement convenu d'accepter le point de vue de Téhéran comme base pour « des résultats sérieux » des pourparlers orientés.

Bagheri Kani a informé les journalistes vendredi, à la fin du septième cycle de pourparlers dans la capitale autrichienne de Vienne entre l'Iran et les cinq signataires restants de l'accord nucléaire multilatéral, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global commun (JCPOA), visant à lever les sanctions américaines imposées à Téhéran et à sauver l'accord.

Il a déclaré que le rythme de la conclusion d'un accord dépend de la volonté de la partie opposée, ajoutant : «Si l'autre partie accepte les vues et les positions rationnelles de la République islamique d'Iran, le nouveau cycle de pourparlers peut être le dernier et nous pouvons conclure un accord dans les plus brefs délais.»

Le haut responsable a ajouté que l'Iran et le groupe de pays P4+1 sont parvenus à «deux nouveaux documents pour des pourparlers à la fois sur la question des sanctions et sur la question nucléaire», se référant aux interdictions que les États-Unis ont imposées à l'Iran après s'être retiré de l'accord et aux mesures de représailles nucléaires que Téhéran a retirées de l'accord.

Il a souligné qu'un nouveau cycle de pourparlers de Vienne commencerait dans un proche avenir sur la base de ces nouveaux textes qui intègrent les points de vue et les positions de l'Iran.

Bagheri Kani, qui est également vice-ministre des Affaires étrangères pour les affaires politiques, a noté qu'étant donné la formation d'une nouvelle administration en Iran, la nouvelle équipe de négociation du pays avait apporté sa propre position et ses propres points de vue à Vienne.

Dans le même temps, cependant, la nouvelle équipe de négociation iranienne a pris en compte les positions, points de vue, amendements et propositions avancés par les anciens collègues iraniens lors des six cycles de pourparlers précédents à Vienne ainsi que les projets qui avaient été préparés jusqu'alors et «les ont incorporés dans les documents de négociation que nous avons présentés à l'autre partie», a-t-il ajouté.

«Plus précisément, deux documents étaient importants pour les négociations. L'un était lié à la levée des sanctions, qui était la principale priorité à l'ordre du jour de l'équipe de négociation de la République islamique d'Iran», a déclaré le négociateur en chef.

Il a déclaré que la levée des sanctions n'était pas seulement une priorité pour l'Iran, mais que d'autres parties, y compris certains des membres du P4+1, comme la Chine, ont explicitement annoncé lors des discussions que leur priorité était en harmonie avec celle de Téhéran.

Au cours des jours où les derniers pourparlers étaient en cours à Vienne, de hauts diplomates et experts de l'Iran et du groupe de pays P4+1 ont tenu plusieurs sessions sur la suppression des sanctions et échangé un certain nombre de documents sur les points de vue des deux parties sur les amendements.ou changements qui devraient être apportés au texte final, a déclaré Bagheri Kani, ajoutant : «Nous avons reçu les derniers documents sur la levée des sanctions aujourd'hui.»

Lorsqu'on lui a demandé si les deux parties avaient réussi à réduire leurs divergences, le haut diplomate a déclaré que l'Iran avait annoncé sa position sur la levée des sanctions et les questions nucléaires dans deux documents, mais «la partie européenne était initialement réticente à accepter les vues de la République islamique d'Iran comme base pour les pourparlers».

Il a déclaré que les signataires européens du JCPOA – la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne – avaient exercé des pressions sur l'Iran dans un premier temps pour qu'il se retire de ses positions et ont insisté pour que les négociations avancent dans le cadre des six cycles précédents des pourparlers de Vienne.

Face à la résistance et aux arguments logiques de l'Iran, la partie adverse a finalement accepté les positions de l'Iran comme «une base pour des négociations sérieuses et axées sur les résultats», a ajouté le haut responsable.

Il a reproché à l'E3 de ne pas avoir présenté d'initiative constructive spécifique au cours des pourparlers, déclarant : «Ils ont précédemment annoncé qu'ils avaient des propositions et des initiatives sur certains sujets, y compris la question des garanties, mais nous n'avons reçu aucune proposition ou initiative de leur part au cours de ce cycle de pourparlers.»

Le négociateur en chef iranien a expliqué que les pourparlers avaient été suspendus vendredi parce que les deux parties étaient d'accord sur la base des futures négociations, notant qu'elles reprendraient un nouveau cycle avec des discussions sérieuses sur les textes qui ont été convenus par toutes les équipes de négociation.

Bagheri Kani a déclaré que le nouveau cycle de pourparlers reprendrait dans les prochains jours, ajoutant que les négociations commenceraient sur la base du JCPOA et «aucune autre base n'a été annoncée par qui que ce soit et ne sera acceptée par personne».

 

Comments

//