noscript

Please Wait...

Téhéran: l’AIEA ne doit subir aucune pression politique

Téhéran: l’AIEA ne doit subir aucune pression politique
folder_openIran access_time depuis 7 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Irna

Ali Bagheri Kani, vice-ministre iranien des Affaires étrangères et négociateur principal de la République islamique d'Iran dans les pourparlers nucléaires, a déclaré que l'Agence internationale de l'énergie atomique devrait conserver son caractère technique et ne subir aucune pression politique.

«Il n'y a aucune raison pour nous de renoncer à notre politique nucléaire si l'autre partie n'y adhère pas.», a déclaré Bagheri lors d’une interview accordée à la chaîne Al Jazeera.

«Les États-Unis n'ont d'autre choix que d'accepter la nouvelle réalité de l'accord nucléaire.», a ajouté ce responsable iranien.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a souligné que l'accent devrait être mis sur le sérieux des pourparlers de Vienne et que l’objectif de l’Iran est de lever les sanctions oppressives.

«Nous allons poursuivre nos activités nucléaires et les développer conformément aux dispositions de l'accord nucléaire.», a-t-il déclaré.

«Nous voulons des garanties sur la levée des sanctions, et Washington doit le fournir dans les pourparlers de Vienne.», a précisé le haut diplomate iranien.

«Si l'accord nucléaire ne garantit pas que l'Iran en profite, la fenêtre de l'accord nucléaire ne restera pas ouverte pour toujours.», a noté Bagheri.

Concernant la position des Américains, Bagheri a déclaré : «Les messages du gouvernement américain sont contradictoires et il a toujours la politique de l’administration Trump à l'ordre du jour.»

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a également souligné la situation dans la région : les questions régionales ne devraient être discutées qu'entre les pays de la région.

Intentions politiques au nom de l'AIEA

«Nous avons toujours conseillé à l'AIEA de rester sur la voie de la coopération technique et de ne pas permettre à certains pays de faire avancer leurs intentions politiques au nom de l'AIEA.», a déclaré en outre le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Saeid Khatibzadeh a déclaré lundi lors d'une conférence de presse, faisant référence à la visite de Rafael Grossi à Téhéran ce soir: «Nous avons toujours conseillé à l'AIEA de rester sur la voie de la coopération technique et de ne pas permettre à certains pays de faire avancer leurs intentions politiques au nom de l'AIEA. Il est naturel que nous prenions les décisions nécessaires dans le cadre d'évolutions en fonction des circonstances.»

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a ajouté : « La date de la visite de M. Grossi a été annoncée il y a quelque temps et l'ordre du jour a été déterminé par l'Iran. Bien sûr, il y a des problèmes entre l'Iran et l'AIEA, nous avons toujours essayé de résoudre ces problèmes dans le cadre technique, et nous avons demandé à l'AIEA dans le même cadre de faire avancer les travaux, et ce déplacement va dans le même sens. »

 « Aucun voyage diplomatique n'aura lieu s'il n'y a pas un ordre du jour clair. Peu importe que la liste soit longue, moyenne ou courte, mais l'Agence internationale de l'énergie atomique est bien consciente que tous les actes de sabotage et de terrorisme qui ont malheureusement été accompagnés par certains pays ont eu un impact important sur certains aspects techniques. Ces questions sont examinées entre nous et l'Agence dans son propre cadre et le seront également au cours de cette visite. », a précisé le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Khatibzadeh a également commenté les déclarations des responsables français et leurs accusations contre l'Iran : «Certains pays font des erreurs de calcul et essaient, par des allégations médiatiques, de changer la place de l’accusé et du coupable. Il vaut mieux se concentrer sur le sérieux des pourparlers de Vienne.»

«L'autre partie [dans les négociations nucléaires] sait très bien qu'elle doit encore savoir que notre objectif est de lever les sanctions extraterritoriales et illégales unilatérales imposées à l'Iran.», a conclu ce haut diplomate iranien.

Comments

//