noscript

Please Wait...

Télégramme

Arabie saoudite: libération d’un condamné à mort dont la peine avait été commuée en prison

Arabie saoudite: libération d’un condamné à mort dont la peine avait été commuée en prison
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

L'Arabie saoudite a libéré un homme dont la peine de mort avait été commuée en prison, après des années d'incarcération pour avoir participé à des manifestations antigouvernementales. Abdallah al-Zaher avait été arrêté en 2012, alors qu'il était mineur, puis condamné à mort pour «terrorisme» après sa participation à un mouvement de protestation dans le sillage du Printemps arabe. Deux autres Saoudiens, également mineurs à l'époque, Ali al-Nimr et Daoud al-Marhoun, avaient également été arrêtés et condamnés à la même peine. La peine des trois hommes, tous issus de la minorité chiite, avait été commuée en février dernier à 10 ans de prison.

«Abdallah al-Zaher a été relâché après avoir purgé sa peine», a indiqué lundi sur Twitter l'organisation de défense des droits humains ALQST.

Amnesty International a salué sa libération, appelant les autorités à faire de même pour Daoud al-Marhoun. «Abdallah al-Zaher n'aurait jamais dû être incarcéré, mais nous nous réjouissons qu'il ait été libéré et qu'il soit de retour auprès de sa famille», a indiqué dans un tweet la branche d'Amnesty dans le Golfe. «Daoud al-Marhoun (...) devrait également être relâché immédiatement», a-t-elle ajouté.

Fin octobre, ALQST avait annoncé la libération d'Ali al-Nimr. Ce dernier est le neveu de l'opposant chiite Nimr al-Nimr, dont la mise à mort en 2016 avait provoqué une crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Iran, pays à majorité chiite.

En avril 2020, les autorités saoudiennes avaient annoncé que la peine de mort ne serait plus prononcée à l'encontre de personnes condamnées pour des crimes commis lorsqu'ils avaient moins de 18 ans. La Commission des droits humains (HRC) du pays avait précisé qu'elles se verraient infliger un maximum de dix ans d'emprisonnement.

Comments

//